Zone non lotie de Belleville : plus de 2000 personnes en attente d’être relogées

Les populations de la zone non lotie de Belleville, secteur 29 de Bobo-Dioulasso ont, à travers un point de presse animé dans la matinée de ce mardi 16 juin 2020, décrié leurs conditions de vies depuis plus de 12 ans. Ainsi, souhaitent-elles que les autorités donnent quitus au maire de leur arrondissement (l’arrondissement 7) pour trouver la solution au problème.

« Aujourd’hui, le maire Hermann Sirima est l’homme de la situation. De par ses actes, nous sommes convaincus, contrairement aux maires qui l’ont devancé, qu’il pourra résoudre le problème de la zone non lotie de Belleville à savoir, trouver à chacun de nous, une parcelle pour loger sa famille » a d’emblée signifié le porte-parole du collectif des associations de la zone non lotie de Belleville (Panel), Yacouba Ouattara.

L’objectif de cette conférence de presse en effet, est de déplorer leurs situations et du même coup, implorer les plus hautes autorités du pays à s’y pencher sérieusement. « C’est depuis 2007 que nous avons été recensé. Nous sommes plus de 2000 résidents à n’avoir pas été attributaires. Les maires se sont succédé mais personne n’a pu résoudre le problème » a déploré le président du Panel pour qui, depuis l’arrivée du maire actuel de l’arrondissement 7, un vent d’espoir souffle sur la zone car l’homme aurait selon lui, mené des démarches qui augurent de sa bonne volonté à résoudre le problème.

Les principaux animateurs de la conférence de presse

Pour eux, la lenteur des autorités à donner quitus au maire pour mettre en œuvre ses propositions de solutions complique davantage la situation surtout, avec la poussée des habitats spontanés. « Cette situation a permis à des acteurs d’organiser des spéculations sur les terrains négociés par le maire en vue de notre relogement, compliquant ainsi la résolution de notre problème. Nous déplorons cette situation qui hypothèque progressivement l’issue favorable de la question du lotissement de la zone non lotie de Belleville et ne permet pas à l’autorité municipale d’honorer ses engagements pris à notre égard » se sont-ils offusqués.

C’est dans cette dynamique d’ailleurs disent-ils, que le maire s’oppose à la création de nouveaux habitats spontanés qui « ne feront que compliquer les problèmes qui existent déjà ». « C’est pourquoi nous demandons aux autorités compétentes d’aider le maire dans sa démarche afin qu’il puisse soulager notre peine » ont-ils plaidé.

De la question de la zone visée par le déguerpissement envisagé du maire de l’arrondissement 7, les conférenciers du jour sont catégoriques. « Nous ne connaissons pas les occupants de la zone en question. C’est nous les vrais résidents de la zone non lotie. Nous y sommes depuis au moins 10 ans » ont-ils précisé.

JK

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire