WakatLab : une agence de promotion du numérique à Bobo

Après Ouagadougou et Mogtédo, l’association OuagaLab devenue WakatLab, vient de s’installer dans la capitale économique du Burkina Faso. L’ouverture de cette agence, intervenue le samedi 1er février 2020 à Bobo-Dioulasso, a pour objectif de se rapprocher des jeunes entrepreneurs et passionnés du numérique de cette ville en vue de les accompagner vers la concrétisation de leurs projets.

Créée en 2011, l’association OuagaLab se veut un espace de conception où des jeunes porteurs d’idées d’entreprises se retrouvent, partagent leurs expériences en vue de la concrétisation de leurs idées de projets.

Premier FabLab (laboratoire de fabrication) d’Afrique de l’ouest Francophone, elle ambitionne être « un véritable hub d’innovation au Burkina Faso et dans la sous-région ».

Elle se fixe ainsi pour mission, « l’accompagnement à la création de projets innovants intervenant dans le domaine de la technologie numérique ».

En décidant de s’installer à Bobo-Dioulasso, OuagaLab devenue WakatLab veut se rapprocher de la jeunesse entreprenante de cette ville dans la perspective de lui offrir ses services.

Espace d’innovation et de conception, WakatLab/Bobo est ouvert à tous les bobolais sans distinction aucune. Comme celle de Ouagadougou, elle abrite un FabLab (laboratoire de fabrication) qui , selon son président Gildas Guiella, est doté de machine et de matériels sophistiqués tels que des imprimantes 3D, des fraiseuses numériques, des lasers, des kits arduino robotique.

Elle dispose en outre, d’un incubateur de startups, un espace de co-working et de formation.

Gildas Guiella, président de WakatLab

De OuagaLab à WakatLab, l’association selon son président, veut à travers ce changement de nom, amorcer un nouvel élan. « WakatLab signifie le laboratoire technologique qui offre des solutions adaptées au moment ou à l’existant » a-t-il indiqué.

C’est pour cela d’ailleurs, qu’elle a décidé de se focaliser sur la culture à Bobo-Dioulasso, celle-ci étant la capitale culturelle du pays et ce, en plus de l’éducation et de l’agriculture.

Conseiller de la ministre de développement de l’économie numérique et des postes, Anfama Traoré salue cette initiative qui selon lui, fait la promotion de l’économie numérique et ce, conformément à la vision de son ministère.

Tout comme le président de l’association, il invite la jeunesse entreprenante de Bobo-Dioulasso à s’approprier cet espace pour dit-il, « parvenir à concrétiser leurs idées de projets d’entreprises ».

Jack Koné

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap