Université Nazi BONI : c’est parti pour les premières journées doctoriales du « Lamdi »

« Sciences et innovation au service du développement durable » ; c’est sous ce thème que se tiendra la première édition des journées doctoriales du laboratoire d’algèbre, de mathématiques discrètes et d’informatique (LAMDI) de l’université Nazi BONI. Prévues pour se tenir sur 72h, ces doctoriales, officiellement ouvertes ce jeudi 23 juillet, sont une occasion pour les doctorants de travailler en groupes pluridisciplinaires, et parfaire leurs projets professionnels, comme l’a signifié le Pr Macaire Ouédraogo, président de l’UNB.

Il s’agira pour chaque doctorant à l’occasion de ces doctoriales, par exemple d’exposer les résultats de ses travaux qui seront soumis à tous les encadreurs et aux autres doctorants pour appréciation, selon le Pr Théodore Marie Yves Tapsoba, directeur du LAMDI de l’UNB. Ces travaux, a-t-il précisé, peuvent être partiels pour ceux qui sont en deuxième année de thèse, et plus accomplis pour ceux en troisième année.

Lydie Koné/Tapsoba, doctorante inscrite au LAMDI quant à elle, trouve en la tenue de ces doctoriales une « très belle » initiative, car constituant un cadre de rencontre et d’échange entre les participants, parmi lesquels peut se trouver un doctorant travaillant sur une thèse similaire que la sienne.

Actualiser son carnet d’adresse et bénéficier d’un accompagnement pour mener à bien ses recherches, sont là les attentes de Lydie Koné/Tapsoba, à l’issue de cette activité.

Notons que l’UNB déroule ses programmes de formations doctorales à travers trois écoles. Ces sont les écoles doctorales en « Sciences Naturelles et Agronomie », « en Sciences de la Santé » et en « Sciences et Techniques », dans laquelle se trouve le LAMDI.

Et au Pr Théodore Marie Yves Tapsoba de préciser que les mathématiques discrètes représentent toute la partie mathématique qui se « cache » dans l’informatique.

Abdoul- Karim E. Sanon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire