Université Nazi Boni: 140 étudiants à l’école du civisme et du leadership

Il s’est ouvert ce jeudi 12 mars 2020 à Bobo- Dioulasso, un atelier de formation à l’endroit de jeunes étudiants de différentes associations réunis en fédération. A l’initiative de la fédération des associations des jeunes de la région des Hauts-Bassins (FAJERHB), cette formation répond à un besoin d’outiller les participants à l’éthique, au patriotisme et au leadership. La cérémonie marquant le début de la formation, prévue pour 3 jours, a été placée sous la présidence du Pr Macaire Ouédraogo, président de l’UNB et du co-parrainage de Marie Thérèse Arsens/Somé, DG du Foner.

Prévue pour se tenir sur 3 jours, cet atelier de formation, selon Issiaka Bamba, président de la FAJERHB, sera ponctué, également par 3 modules.

Le premier module, dispensé le premier jour, précise-t-il, traitera du civisme et du patriotisme. Le jour suivant, les participants seront outillés sur la culture de la paix et le leadership. Ils se délecteront des textes régissant la vie universitaire pour clore cette activité.

Une initiative hautement appréciée par la marraine, qui n’a cependant pas marchandé son implication tout aussi financière que technique, selon elle. Il s’agit des futurs responsables de ce pays, dit-elle. Toute formation de ce genre, qui leur permet de prendre en main ce pays serait la bienvenue. Pense-t-elle, les directions générales de l’enseignement supérieur doivent accompagner les universités qui ont ces initiatives pour les mener à bien.

Abondant dans le même sens, le Pr Macaire Ouédraogo, président de l’UNB et patron de la cérémonie, trouve que le civisme, le leadership et le patriotisme sont des valeurs que doivent acquérir les étudiants pour un renforcement de leurs responsabilités et compétences en milieu universitaire.

La vision de l’administration pour l’UNB, martèle-t-il, est la quête permanente de l’excellence. Pour cela il faut, souligne Macaire Ouédraogo, non seulement une formation de qualité et diversifiée, mais surtout qu’elle se fasse dans un climat apaisé.

C’est en cela tout l’intérêt de la culture du civisme, fait-il remarquer. L’UNB entend de ce fait, jouer un rôle d’accompagnement des étudiants à l’issue de ladite formation durant les stages afin de faciliter leur insertion socio-professionnelle.

Notons que ces 140 participants sont entre autres, les délégués généraux et élus des établissements de l’UNB, les délégués élus de la cité de Koubawé (cité de belleville), les chefs de classes, les étudiants leaders des amicales et associations formant la FAJERHB.

Abdoul-Karim E. Sanon

Laisser un commentaire