Union des femmes leaders de Bobo : 8 mars en différé

L’union des femmes leaders de Bobo-Dioulasso a célébré en différé, la 162ème journée internationale des droits de la femme le dimanche 30 mars 2019 ; au secteur 11 (quartier Colma).

« Contribution de la femme à l’édification d’un Burkina de sécurité, de paix et de cohésion sociale», c’est sous ce thème que l’union des femmes leaders de Bobo-Dioulasso à commémorer en différé, la 162ème journée internationale des droits de la femme.

Cette cérémonie selon la présidente de cette organisation féminine madame Sawadogo/Ouédraogo Fanta se veut un cadre pour communier avec les femmes et discuter autour des objectifs de l’union.

Et à la marraine Rita Agathe Salou/Sanou, 2ème adjointe au maire de l’arrondissement 7 de la commune de Bobo-Dioulasso d’ajouter que c’est aussi une occasion de discuter sur l’amélioration des conditions de vies de la femme. Selon elle quand on parle de femmes, c’est le travail en ce sens qu’elles sont des actrices incontournables dans le développement réel et durable du pays.

Pour ce faire, les femmes par la voix de la marraine et celle de la présidente de l’association ont soumis comme requête aux autorités, aux personnes ressources et aux partenaires leur accompagnement dans la promotion des activités génératrices de revenus par exemple.

Aux doléances de ces dames, le parrain Nacanabo Ousseni suggère la création d’emploi, parce que quoi qu’on dise, la plupart des familles est gérée par les femmes et en tant qu’opérateur économique il s’engage à accompagner les femmes dans l’atteinte de leur objectif.

Et Konaté/Boni Madeleine de rétorquer au nom de Bourahima Sanou que les portes de la mairie restent ouvertes à ces femmes et le Maire de la commune de Bobo Dioulasso s’engage à les soutenir dans la limite de ses moyens. Cette cérémonie au-delà d’être des moments de réflexion, a été en plus des moments de partage de solidarité et d’entraide.

En effet, l’union des femmes leaders de Bobo Dioulasso durant la cérémonie a procédé à un don de vivres. Ces vivres, d’une valeur de 420milles francs CFA sont composés d’une tonne de mais d’une valeur de 110milles FCFA et d’une tonne de riz coutant 310milles FCFA.

Selon la présidente de l’association, ces vivres sont destinés aux veuves de l’association Basnéré dans l’arrondissement 2. Ces veuves sont localisées dans les secteurs 10, 11, 23,3O, à Kiri et les 6 villages rattachés de l’arrondissement.

A.K Sanon (stagiaire)

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire