UNB : La normalisation des années académiques au cœur d’une rencontre entre la présidence et les étudiants

Le président de l’Université Nazi Boni (UNB), le Professeur Macaire Ouédraogo accompagné de ses plus proches collaborateurs a rencontré les délégués des étudiants de l’UNB venus des centres universitaires de Banfora, Gaoua et Bobo-Dioulasso. A l’ordre du jour de cette rencontre, l’explication aux étudiants d’un nouveau régime des études et le recadrage qui vise à rattraper le chevauchement des années académiques.

Le décrochage, selon le président de l’UNB le Professeur Macaire Ouédraogo est un mécanisme qui est mis en œuvre pour permettre de faciliter l’accompagnement des anciens étudiants.

Pour lui, il était nécessaire de revenir donner la bonne information aux étudiants pour qu’ils sachent que ce n’est pas un abandon des anciens comme le prétendent certains.

« Le système était grippé parce qu’autrefois, pour passer d’un L à un autre, il fallait valider 30 crédits. Chose qui a provoqué une accumulation d’unités d’enseignement, où certains sont en S5 et reprennent en S1. Y’en a aussi qui sont en S6 et qui reprennent en S2 ou en S3. Ce qui rend difficile la programmation des sessions, car il faut tenir compte de la disponibilité de tout le monde » a expliqué le président de l’UNB.

Ainsi, il indique que dans cette optique de normalisation des années académiques, le décrochage va permettre de normaliser la rentrée de toutes les filières à l’UNB et permettre aux nouveaux étudiants d’évoluer séparément des anciens afin d’avoir un cycle normal.

Quant aux anciens étudiants, le président Macaire Ouédraogo rassure que l’université va les accompagner jusqu’à ce qu’on puisse faire des programmations normales. Aussi, il sera envisagé la tenue de sessions spéciales qui vont tenir compte de la spécificité de chaque étudiant pour permettre de normaliser leur situation.

Au sujet du nouveau régime des études, le président de l’UNB indique qu’il y avait de la désinformation auprès des étudiants. Il s’est donc agi selon lui de les rassurer que le nouveau régime des études ne vise qu’à les accompagner.

«  Il donne droit directement à 5 inscriptions pour la licence. Si vous validé le L2, vous avez le droit d’avoir une autre inscription sans recourir à une demande auprès de la présidence. Ce nouveau régime donne accès à une harmonisation de tout ce qui existe comme curricula, de sorte à ce qu’il y ait une bonne mobilité des étudiants » a rassuré le Pr Macaire Ouédraogo.

Lass/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap