UNB/Association Saint Camille de Lellis : Une convention pour renforcer les relations existantes

Ce jeudi 10 juin 2021, a eu lieu au centre de recherche et de formation de l’université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso, une signature de convention entre l’université et l’association Saint Camille de Lellis. L’objectif de cette signature est de formaliser les relations qui existent entre les deux structures.

Selon le secrétaire général de l’association Saint Camille de Lellis, l’abbé Emmanuel Nabaloum, l’idée de cette convention est née dans le cadre d’une rencontre tenue en Allemagne en 2019 où le groupe de l’association a été invité à donner un cours dans une université.

Il s’agissait dit-il, de présenter et de partager dans un hôpital avec d’autres partenaires ce qu’ils vivent. C’est ainsi ajoute-t-il, qu’un enseignant sur place a souhaité que le groupe de l’association puisse suivre son cours et en retour partager cette expérience avec les autres. A la fin du cours, indique le secrétaire général de l’association, une étudiante s’est proposé de venir faire six mois de stage dans le centre de l’association.

Il signifie que les échanges avec les partenaires extérieurs ont permis de percevoir que l’originalité des activités attire des chercheurs. Chose qui a permis de dire qu’il est important de mettre en relation les chercheurs de l’association avec ceux de l’extérieur pour ne pas être exploités par les autres et ne pas pouvoir servir le pays.

Actuellement, rappelle l’abbé Emmanuel Nabaloum, des études sont en cours sur l’itinéraire thérapeutique des malades dans la rue et qui finissent dans les centres. Il précise que ce sont des étudiants de Nazi Boni qui sont en train de conclure leurs études avec ces thèmes.

Au nom de toute la communauté universitaire de Nazi Boni, le président Macaire Ouédraogo a exprimé au secrétaire général de l’association sa satisfaction. Il espère que leur coopération a officiellement débuté aujourd’hui avec cette signature de convention et qu’elle ira grandissant.

En sus, il a souhaité que chaque partie puisse en tirer profit. Si par la suite, rassure professeur Macaire Ouédraogo, d’autres aspects intéressants venaient à se faire remarquer, des avenants pourraient être faits entre l’université et l’association pour améliorer leur partenariat.

Lass/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap