Transparence dans la passation des marchés publics : l’Arcop lance une campagne de formation sur les accords-cadres

L’Autorité de régulation de la commande publique (Arcop) a lancé ce mardi 25 août 2020 à Koudougou, une campagne de formation sur les accords-cadres en matière de marchés publics. Cette campagne de formation soutenue par la Banque mondial à travers le Projet de gouvernance économique et de participation citoyenne (PGEPC) devrait se dérouler sur un mois et toucher divers acteurs intervenants dans la commande publique. La cérémonie de lancement a été présidée par le Secrétaire permanent de l’Arcop, Tahirou Sanou, avec à ses côtés le Coordonnateur du PGEPC, Adama Rouamba.

En vue de fluidité les passations de marchés publics et garantir leur transparence, les autorités burkinabè ont pris un décret en date du 30 avril 2019 portant modification du décret n°2017-0049/PRES/PM/MINEFID relatif aux procédures de passation, d’exécution et de règlement des marchés publics et des délégations de service public du 1er février 2017.

Ce décret a été complété par un arrêté portant modalité de mise en œuvre des Accord-cadres.
C’est dans le but de renforcer les capacités des intervenants du système de la commande publique sur ces Accords-cadres que l’Arcop, en collaboration avec le PGEPC tiennent ces sessions de formation sur un mois.

Au total, ce sont quinze (15) sessions de formations sur la commande publique qui se tiendront, dont 10 sessions sur les accords-cadres et 5 sur les dossiers standards nationaux d’acquisition.

Les principaux bénéficiaires de ces formations sont entre autres les cadres de l’Arcop, de la direction générale du contrôle des marchés publics et des engagements financiers, de la direction des marchés publics, de la direction de l’administration et des finances des différents ministères.

Selon le Secrétaire permanent de l’Arcop, Tahirou Sanou, malgré les efforts consentis pour simplifier et alléger les procédures de passation de marchés, les autorités contractantes jugent par moment les procédures lourdes et inefficaces.

L’accord-cadre, en tant qu’outil de planification, de passation et d’exécution des marchés publics, devrait venir répondre aux préoccupations des acteurs avec célérité et flexibilité.
Tahirou Sanou estime que l’accord-cadre est un merveilleux outil pour les entreprises en ce sens qu’il permettra aux entreprises « qui en sont titulaires de se structurer sur la base de la possibilité d’obtenir des marchés sur une période garantie de 4 ans ».

Il a rappelé que l’accord-cadre est bien adapté pour les achats répétitifs, mais dont les contours ne sont pas totalement délimités en amont, ou qui sont susceptibles d’évolutions technologiques.

Tahirou Sanou a par ailleurs remercié la Banque mondiale pour son accompagnement et invité les participants à être assidus au cours des sessions de formations.

Pour sa part, le Coordonnateur du PGEPC, Adama Rouamba, l’accord-cadre va sans doute permettre de stabiliser et fluidifier le processus de passation des marchés publics au Burkina Faso.

Le Coordonnateur du PGEPC, Adama Rouamba

Et accompagner l’Arcop dans l’organisation de cette série de formations au profit des acteurs de la commande publique était un impératif pour sa structure.

Il a indiqué que la Banque mondiale et notamment le PGEPC ne fera l’économie d’aucun effort pour soutenir l’Arcop dans sa mission de garantir la transparence dans les passions de marchés.

Adama Rouamba a par ailleurs formulé les vœux que les modules qui seront revisités soient bien assimilés par les participants afin que les objectifs assignés soient atteints.

Au total ce sont 150 personnes qui bénéficieront de ces formations, dont 15 de l’Arcop, 45 de la DGCMEF, 90 issues des ministères et institutions.

Cheick Traoré

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire