Syndicat national des éleveurs du Faso : Pour défendre les intérêts des acteurs

image_pdfimage_print

Les éleveurs du Burkina Faso ont désormais un syndicat. Créé le 23 juin 2021, le syndicat national des éleveurs du Faso (SYNEF), officiellement présenté ce jeudi 22 juillet 2021 à Bobo-Dioulasso, se veut une organisation de défense des intérêts des acteurs de l’élevage.

Au Burkina Faso, l’élevage joue un rôle prépondérant dans l’économie, car occupant une bonne partie de sa population active. Comme nombre de secteurs d’activités du pays, l’élevage fait face à d’énormes difficultés selon les acteurs.

C’est dans l’optique donc de se donner la main pour défendre leurs intérêts, qu’ils ont décidé de créer ce syndicat pour servir d’interface entre les acteurs et les gouvernants afin de trouver, de façon concertée, des solutions idoines aux problèmes que rencontre le secteur de l’élevage dans son ensemble.

Du reste, ces problèmes, selon Moumouni Sidibé, président du SYNEF, sont essentiellement liés aux conflits entre éleveurs et agriculteurs. Il y a aussi selon lui, l’inexistence de  zones pastorales « fonctionnelles » ainsi que  des parcs animaliers et des abattoirs  « inadaptés » qui empêchent dit-il, « l’épanouissement du secteur ».

Ces problèmes selon lui, trouvent leurs racines dans la non maitrise ou la méconnaissance  des textes et lois qui régissent le secteur de l’élevage. C’est pour cela que le syndicat se propose d’œuvrer essentiellement à la vulgarisation de ces textes et ce, pour éviter à ses membres toute atteinte à la règlementation en vigueur.

« Nous allons organiser des séances de sensibilisation et de formation à l’endroit de nos membres afin qu’ils s’approprient les textes qui régissent le secteur de l’élevage. Nous pensons que c’est ainsi que nous allons minimiser voire endiguer certains conflits » a indiqué le président du SYNEF.

Syndicat des éleveurs certes, mais le SYNEF regorge en son sein, des spécialistes de la sécurité, de l’environnement, de l’agriculture, des juristes. Une manière pour le syndicat d’éviter à ses membres à travers l’expertise de ces derniers, de tomber dans des travers susceptibles de « leur créer des ennuis ». « Qui dit élevage dit environnement. Qui dit élevage dit agriculture. Qui dit élevage dit droits et devoirs. Ces derniers vont donc éclairer la lanterne des acteurs afin de leur éviter de tomber dans des travers » a justifié le président du syndicat.

Nouvellement créé, le  syndicat qui couvre le territoire national, entend se déployer très prochainement dans toutes les communes du pays.

Jack Koné/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.