CMA de Dô: le Synsha annonce un arrêt de travail de 72 heures pour dénoncer un manque d’eau

Une lettre parvenue à notre rédaction émanant des travailleurs de la santé humaine du district sanitaire de Dô à Bobo-Dioulasso, dans laquelle ceux-ci s’indignaient de leurs conditions de travail. Selon les intéressés, le CMA de Dô manque d’eau courante en son sein depuis six mois. Lisez !

Par lettre N°002-2020/CGT-B/ SYNTSHA/S-H/S-S Dô du 10 avril 2020, les travailleurs de la santé humaine de Dô à travers leur Sous-Section SYNTSHA s’indignaient des conditions de travail dans les centres de santé du district et plus particulièrement au Centre Médical avec Antenne Chirurgicale de Dô.

Dans un contexte international, national et régional marqué par la pandémie de la maladie à coronavirus, les formations sanitaires du district de Dô et particulièrement le CMA de Dô manque d’eau courante de façon criarde et ce depuis plus de six (06) mois.

L’eau élément indispensable dans le lavage des mains pour la prévention de l’infection et intrant indispensable dans la fabrication de la solution hydro-alcoolique n’existe pas au CMA de Dô.

Les usagers des services de santé sont obligés d’acheter des packs d’eau pour leur prise en charge.

La Sous-Section par la lettre sus référencée attirait votre attention qu’au-delà d’une semaine à compter de la date du 10 Avril 2020, les difficultés énumérées ne trouvaient pas de solutions et particulièrement son volet eau, les travailleurs du CMA se réservaient le droit d’entreprendre des actions syndicales pour exiger la satisfaction des problèmes cités : la protection du travailleur dans l’exercice de sa fonction qui est prodiguée des soins de qualité sans être un vecteur de transmission du covid-19.

Ainsi, par la présente, n’ayant pas constaté de mouvements de satisfaction, nous vous informons que les travailleurs du Centre Médical avec Antenne Chirurgicale de Dô, observeront un arrêt de travail de soixante-douze (72h) heures allant du mercredi 22 avril 2020 à 07h au samedi 25 avril 2020 à 7h.

A l’issue des soixante-douze heures d’arrêt de travail, si une solution idoine n’est pas trouvée à la question de l’eau, la Sous-Section SYNTSHA se réserve le droit d’engager d’autres actions de luttes pour se faire entendre et cela sans préavis.

Nous vous prions d’agréer Monsieur le Gouverneur de la Région des Hauts-Bassins l’expression de notre profonde gratitude.

Le Secrétaire Général de la Sous-Section SYNTSHA de Dô
NABA Pagatin

Source: Express du Faso

Photo: illustration

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire