Situation sécuritaire dans la Kossi : Ces populations qui ont une “durée de vie de 24 heures renouvelables”

L’insécurité prend des proportions inquiétantes dans la région de la Boucle du Mouhoun. En effet, des groupes armés envahissent plusieurs villages dans cette région notamment dans la province de la Kossi. Débordées par les évènements, les forces de défense et de sécurité ont du mal à endiguer le mal. Ainsi les populations des localités concernées vivent la peur au ventre puisqu’elles sont résignées à subir le “diktat” des hommes armés qui sillonnent allègrement leurs localités.

Depuis maintenant quelques mois, vivre dans la province de la Kossi impose un choix. Celui de se plier aux exigences des groupes armés présents dans la localité; résister et être en danger permanent ou s’exiler tout simplement. En effet, des individus armés y sèment la terreur.

Pour certaines populations, la situation est dramatique à telle enseigne qu’elles estiment que “leur durée de vie est 24h renouvelables” chaque jour car chacun est convaincu que le pire peut arriver à tout moment.

Dans certains villages, ces individus armés dictent leur loi et imposent même une sorte de “chariat” où les populations sont invitées à leur faire obligatoirement la “Zakat”. Comme si cela ne suffit pas, ils exigent le retour des enfants exilés de la localité qui sont allés pour des études dans d’autres localités du pays.

Et face à cette triste réalité, les populations touchées ne savent pas à quel saint se vouer si ce n’est que leur foi en Dieu qu’ils ont désormais comme seul bouclier. C’est dans cet état d’esprit que vivent les populations des villages de Barani, Konankoira, Yevedougou, Bomborokuy et autres.

La province de la Kossi n’est ainsi qu’un échantillon des provinces de la Boucle du Mouhoun et de l’ensemble du pays, pris en étau par des groupes armés sans foi ni loi.

Espérons que la solution à cette situation sera issue des mesures sécuritaires annoncées par le Président du Faso dans son dernier discours à la nation sinon cette partie du pays est en train d’échapper au contrôle des autorités.

Adama Dama/Correspondant Kossi

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap