Situation académique à l’UNB : Le décryptage des étudiants des UFR SEA et SVT

Les délégués de promotions des Unités  de Formations et de Recherches en Sciences de la Vie et de la Terre (U.F.R/ S.V.T) et en Sciences Exactes et Appliquées (U.F.R/ S.E.A) de l’université Nazi BONI ont animé une conférence de presse dans la matinée du mardi 23 novembre 2021. Il était question pour ces derniers de décrypter la situation académique qui prévaut dans leurs unités de formation.

Présidé par Koho Kounni Déni, étudiant en 3ème année de Mathématique et délégué de la   promotion 2019-2020 de la filière à l’université Nazi Boni. Les délégués de l’UFR/ SVT et SEA ont organisé une conférence de presse afin de porter à la connaissance de l’opinion publique leur situation d’étudiants à l’UNB.

En effet, le 05 novembre 2021, les délégués de ces deux Unités de formation ont été invités par Patrice Toe, vice- président de l’Université, chargé des Enseignements et des innovations pédagogique (VP-EIP) à une rencontre lors de laquelle les étudiants ont été informés d’une directive émanant du ministère de l’enseignement supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI) en vue de rattraper le retard des années académiques.

De ce fait, les délégués tout en démontrant que cette mesure est inappropriée, ont demandé à l’administration de se pencher sur les causes réelles du retard qui sont pour eux, le manque d’enseignants, le manque d’infrastructures, les délibérations tardives, etc.

Après quelques minutes d’échanges, les représentants des étudiants ne se seraient pas accordés avec leur interlocuteur qui leur lancerait ceci: « De toutes les manières c’est une information que nous portons à votre connaissance et nous allons porter des gants pour appliquer la directive ».

A la date du 10 novembre 2021, les étudiants des UFR en question partant manifester leur mécontentement au président de l’université Nazi BONI quant à la précarité de leur situation académique ont été selon leurs dires, victimes d’une répression policière. « Cette répression a occasionné l’arrestation de  46 étudiants et une quinzaine de blessés. 04 étudiants ont ainsi été convoqués devant le conseil de discipline par la présidence de l’UNB » a fait savoir le principal conférencier.

Ainsi une assemblée générale a été organisée par les délégués des Unités concernées afin d’échanger avec les autres étudiants. Lors de cette AG, la plateforme minimale d’action (PMA) a été réactualisée et s’articule autour de 06 points dont le 1er concerne la suspension pure et simple des procédures disciplinaires engagées à l’endroit des 04 étudiants. « Nous exigeons de la part de la présidence une satisfaction de l’ensemble des points de la plateforme minimale. Aussi, tous les étudiants des UFR/SVT et SEA seront présents lors du conseil de discipline en cas de non satisfaction immédiate du premier point de la PMA ». Déclare Koho Kounni Déni.

Notons que les délégués ont lancé une souscription afin de venir en aide à leurs camarades blessés lors de la répression policière.  Attendent-ils ainsi à partir de cette conférence de presse, un dénouement heureux de leur situation.

Amsatou Coulibaly/stagiaire (Ouest-info.net)

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap