Service public de l’eau potable en milieu rural: les acteurs du Kénédougou à l’école de la bonne gestion

Le lundi 20 juillet 2020, le Projet BID-UEMOA d’Hydraulique et d’Assainissement en milieu rural au Burkina Faso, ( PHA BID- UEMOA ) a réuni les acteurs communaux du Kénédougou à Orodara pour une formation de trois jours. Objectif, former ces decideurs locaux à la bonne gestion du service public de l’eau potable. La session de formation a été officiellement lancée par le Haut-commissaire de la province du Kénédougou, Pathé Abdallah Sangaré.

Au cours de cette formation de 72 heures, les acteurs communaux que sont les maires, les secrétaires généraux , les comptables, les présidents de commission et points focaux seront formés à la gestion du service public de l’eau potable en milieu rural.

Coordonnateur du Projet BID-UEMOA d’Hydraulique et d’Assainissement en milieu rural au Burkina Faso, Seydou SANA

A en croire le coordonnateur du Projet BID-UEMOA d’Hydraulique et d’Assainissement en milieu rural au Burkina Faso, Seydou SANA, il est important de former les premiers acteurs de la gestion du service public de l’eau potable en milieu rural car le moment est venu de gérer eux-mêmes ce volet social. « Le projet tire vers sa fin, il est donc opportun de présenter le document cadre de gestion aux bénéficiaires du Kénédougou afin qu’ils gèrent et entretiennent bien les investissements sociaux acquis » dit-il.

Ainsi chaque commune bénéficiaire doit, au cours de cette session, élaborer un plan d’action Communal de mise en œuvre des activités de l’application du document cadre de gestion du service public de l’eau potable en milieu rural.

En effet, le projet a été officiellement lancé en 2018 à Sokouraba dans le Kénédougou et ce sont cinq ( 5 ) communes qui en ont bénéficié. Il s’agit des communes de Banzon, Kangala, Morlaba, Kayan et Samorogouan.

Au bilan, le coordonnateur, Seydou SANA s’est dit satisfait car sur le terrain les objectifs sont atteints. Il invite donc les bénéficiaires à en faire bon usage.

Précisons que le projet s’exécute dans deux régions du pays à savoir la Boucle du Mouhoun et les Hauts-Bassins, avec un budget global de 7,65 milliards de francs CFA.

Romuald Somda/ Orodara

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire