Semaine de la mobilité urbaine de Sya: Une conférence sur les risques d’accidents

Dans le cadre de la semaine de la mobilité urbaine de Sya, il s’est tenu ce lundi 24 mai 2021, à la maison de la culture de Bobo-Dioulasso, une conférence sur les risques d’accidents et les techniques de prise en charge des victimes notamment ceux atteints de traumatisme crânien. Cette conférence était placée sous le parrainage du président de l’université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso, Professeur Macaire Ouédraogo.

« Quelle stratégie pour une prise en charge efficace des victimes d’accidents de la circulation routière ». C’est le thème retenu pour cette conférence tenu sur la prise en charge des patients en traumatisme crânien.

Selon le ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière Vincent Dabilgou, les usagers de la route surtout les jeunes doivent savoir que le mauvais comportement en circulation coûte cher.

Pour lui, ce sont les mauvaises pratiques telles que le non respect des panneaux, des feux tricolores, l’utilisation du téléphone en circulation, le non port du casque qui occasionnent les accidents les plus graves.

Et selon le ministre, 60% des accidents dans les grandes villes impliquent les jeunes notamment les élèves et étudiants. Et il explique cela par le non respect des règles de la circulation.

Pour ce qui est des conséquences, Vincent Dabilgou a déploré le fait que le non port de casque entraîne parfois des difficultés de prise en charge. Le ministre invite donc les populations surtout leur frange jeune à adopter les bonnes pratiques en circulation pour leur propre sécurité mais aussi pour celle des autres.

« Nous devons mieux construire nos routes pour protéger nos enfants. Les routes doivent nous parler à travers les panneaux de signalisations. Nous devons faire en sorte que les enfants adoptent des comportements responsables en circulation et ce, de façon durable » a-t-il aussi responsabilisé les gouvernants qu’ils sont.

Parrain de l’activité, le président de l’UNB Macaire Ouédraogo estime que toutes les 30 secondes, il y a un être qui perd la vie du fait d’accident de la circulation dans le monde avec un pourcentage élevé en Afrique.

Il est pour lui, temps que l’on agisse dans le sens de la sensibilisation et du renforcement des infrastructures routières qui devraient permettre à la jeunesse de pouvoir se déplacer en toute sécurité.

Il souhaite donc que la sensibilisation se fasse au quotidien. « La jeunesse doit savoir que conduire en état d’ébriété, de fatigue extrême, les acrobaties, les rallyes, l’usage du téléphone en circulation, les surcharges et le non port du casque sont des infractions punissables. Et cela passe d’abord par la sensibilisation et les sanctions par la suite » a suggéré Professeur Macaire Ouédraogo comme panacée pour une réduction considérable des accidents de circulation.

Lass/Ouest-info.net

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire