Sécurité et fluidité routière : le Burkina veut passer aux péages modernes

Le premier ministre Christophe Dabiré a procédé, à Kotédougou, village situé à l’entrée Est de Bobo-Dioulasso sur la route nationale numéro 1 (RN1), au lancement des travaux de construction de postes de péage routiers modernes au Burkina Faso.

Améliorer la fluidité routière par un comptage automatisé du trafic et accroître les recettes issues de ce trafic, tels sont des objectifs qui ont amené le gouvernement burkinabè à aspirer à se doter de péages de dernière génération.

Trois (03) postes de péage seront érigés pour la première phase du projet de modernisation pour un coût global de 14.902.757.006 FCFA TTC sur financement du Fonds Spécial Routier du Burkina (FSR-B). Le délai d’exécution quant à lui, est de 20 mois.

Un pays qui se construit et se développe de nos jours en effet, doit nécessairement se pencher sur la modernisation de son système d’exploitation routière, à entendre le premier ministre burkinabè. Il est donc tout à fait normal, selon lui, d’être satisfait du lancement des travaux de construction de ces postes de péage modernes.

Postes de péage modernes qui, selon Eric Bougouma, ministre des infrastructures, ont plusieurs fonctions notamment celles d’améliorer le recouvrement des recettes de péage, la sécurité des usagers et celle des agents péagistes. Il n’y aura cependant aucune diminution du personnel des péages avec la réalisation de ces postes, a-t-il rassuré.

La modernisation de ces 3 postes de péages, après études, devrait accroître considérablement les recettes qu’ils génèrent, a soutenu Franck Tapsoba, président du conseil d’administration du FSR-B. Lesdits postes de péage qui, à eux seuls, participent à environ 40% des recettes sur l’ensemble de 37 postes, après modernisation, pourraient, à moyen terme, « tripler les recettes actuelles », a-t-il précisé.

Ces trois (03) postes de péage font parties des 7 postes prioritaires à moderniser, au regard de leur rentabilité selon le FSR-B. Ce sont ceux situés aux sorties Est et Ouest de Ouagadougou. Le 3ème poste est celui de Bobo à la sortie Est(RN1) sis à Kotédougou.

Christophe Marie Joseph Dabiré n’a cependant pas manqué d’exhorter les entreprises en charge de ces travaux, toutes nationales, à rendre un produit fini à bonne date et surtout de qualité.

Abdoul-Karim E. Sanon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire