Secteur 29 de Bobo : “Personne ne va construire sur sa parcelle ici tant que… “

Au secteur 29, quartier Belleville de Bobo-Dioulasso, la question du foncier ne cessera de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le 1er avril dernier en effet, des résidents d’une partie de la zone lotie de ce secteur, se sont réunis pour disent-ils, échanger autour de leurs préoccupations à savoir, réclamer leurs parcelles, « injustement attribuées à des tierces personnes ».

« C’est en 2007 que la zone a été lotie. 4 408 personnes ont été recensées et seulement 500 personnes ont été satisfaites pour des milliers de parcelles dégagées » ont-ils déclaré.

Alors qu’eux, résidents de la zone depuis des années, espéraient bénéficier, chacun d’une parcelle pour habitation. Les parcelles dégagées ont été selon eux, attribuées à des non-résidents.

Ils dénoncent ainsi une injustice et tiennent pour responsables les autorités locales, notamment celles de l’arrondissement dont relève leur secteur. « Quand on vote un maire, c’est pour qu’en retour, il nous vienne en aide en trouvant des solutions à certains de nos problèmes. Mais ici, ce n’est pas le cas. Pire, les parcelles qui nous étaient destinées ont été attribuées à des personnes qui ne connaissent même pas le secteur » a laissé entendre Issiaka Cissé.

Déguerpir pour laisser les attributaires mettre en valeur leurs propriétés, pas question selon eux tant qu’ils ne seront pas satisfaits. « Ces gens qui ont eu des parcelles, nous allons les empêcher de les mettre en valeur tant que nous ne serons pas satisfaits » a-t-il prévenu.

Conscients toutefois qu’une telle initiative pourrait créer des incidents, ces derniers exhortent les autorités à trouver une réponse rapide à leurs préoccupations pour disent-ils, éviter que la situation ne se détériore.

« J’ai fait plus de 20 ans ici. Dans ce secteur, j’ai eu des enfants qui à leur tour, ont eu des enfants ici. Aujourd’hui on me dit de quitter parce que quelqu’un doit construire là où je suis. Je fais comment du moment où je ne suis pas attributaire ? Il faut que les autorités trouvent une solution à cette affaire », s’inquiète Adjaratou Traoré quant à son sort.

Jack Koné/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap