Reprise des cours: Les acteurs de l’éducation de Bobo en concertation

Ce jeudi 28 mai 2020, les acteurs de l’éducation de la commune de Bobo-Dioulasso, ont tenu une rencontre d’échange. Objectif, rouvrir les classes dans de meilleures conditions de santé pour le monde éducatif. L’ouverture des travaux a été présidée par le 4ème adjoint au maire de la commune Alain Sanou.

Communication techniques sur les mesures barrières ; les modes de transmission de la maladie à coronavirus ; les signes de la maladie ; les mesures de préventions individuelles et collectives particulièrement en milieu scolaire constituent le principal menu de cette rencontre d’information et d’échanges entre les principaux acteurs de l’éducation de Bobo-Dioulasso.

Cette initiative fait suite à la décision du gouvernement en conseil des ministres dernier de la reprise des cours pour les classes d’examen. Selon le 4ème adjoint au maire de la commune de Bobo, Alain Sanou, il appartient à ceux qui sont au cœur du processus de voir dans quelles mesures trouver un cadre d’échange avec les premiers acteurs de l’éducation à savoir l’association des parents d’élèves et les comités de gestion des établissements.

Le but est de les inviter à un travail de sensibilisation au profit des élèves et des enseignants avec la manière la plus efficace et ce, de concert avec le service d’hygiène.

Quant au directeur de la promotion de l’éducation de la commune, Wendkouni Ouédraogo, le contexte de coronavirus est très délicat. Après de longue suspension des classes, il souhaite une reprise dans la concertation, dans la sérénité et dans les meilleures conditions de santé pour les élèves, le corps enseignant et le personnel administratif. Il reconnait toutefois que les mesures ont leurs limites, mais qu’il est important de les connaitre, les maîtriser et les mettre en application.

Le directeur de la promotion de l’éducation de la commune a invité par ailleurs tout le monde à apporter sa contribution afin que les efforts soient mutualisés car estime-t-il que l’Etat ne peut pas tout faire. « Nous sommes dans un contexte de guerre donc toutes les énergies doivent être mobilisées car l’Etat a certes, la volonté mais ne peut pas tout faire » a-t-il signifié.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire