Rencontre Etat-Secteur privé: L’édition 2021 met en réflexion la transformation structurelle de l’économie nationale

image_pdfimage_print

«Accord de la zone de libre -échange continentale africaine : défis et opportunités pour la transformation structurelle de l’économie burkinabè ». C’est le thème de la quatrième rencontre annuelle du Gouvernement et du secteur privé. La rencontre a ouvert ses travaux ce matin à la Maison de la culture Anselme Titiama Sanon de Bobo-Dioulasso en présence du Premier Ministre Christophe Joseph Marie Dabiré.

La cérémonie d’ouverture de la quatrième rencontre annuelle entre les acteurs du secteur privé et le Gouvernement burkinabè a eu lieu ce matin dans la salle de conférence de la Maison de la culture Anselme Titiama Sanon de Bobo-Dioulasso.

Plus de 600 acteurs de l’économie nationale issus du privé et du public y prennent part selon une innovation qui veut des rencontres moins pléthoriques mais plus efficaces.

Dans son discours d’ouverture, le premier ministre a rendu hommage aux forces de défense et de sécurité et aux vaillantes populations burkinabè. Il a salué la grande mobilisation à ce cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat-Secteur privé.

«Dans notre volonté farouche de construire un secteur privé plus dynamique et prospère, résilient face aux chocs multiples, nous avons engrangé de nombreux acquis certes, mais des difficultés subsistent encore. La concertation demeure donc un outil utile pour lever les goulots d’étranglement et ainsi avancer ensemble dans l’édification de notre nation, conformément à la vision de son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso.» a-t-il signifié.

Le discours du premier ministre a été suivi d’une présentation par Boubakar Traoré, SG du Ministère en charge de l’industrie du commerce et de l’artisanat, du rapport succinct de la troisième rencontre tenue en 2020 et l’état de mise en oeuvre des recommandations et engagements y relatifs.

Cet état des lieux a été présenté par le Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré. La conférence introductive de la rencontre a ensuite été présentée par Ben Yaya Ouattara du Cabinet Base.

Ce thème est le lieu de rappeler le libéralisme économique pour lequel le Burkina-Faso a opté depuis des decennies en mettant le secteur privé au cœur du développement. « Pour opérationnaliser cette vision, une place de choix a été accordée au dialogue entre l’État et le secteur privé à travers l’instauration en 2001 de la rencontre Gouvernement-Secteur privé.» a précisé le ministre du commerce. Cela place le secteur privé comme moteur de la croissance au terme du PNDES.

Après les rencontres régionales tenues les 12, 13, et 15 juillet 2021, la rencontre de Bobo-Dioulasso constitue le cadre privilégié des parties prenantes au sommet gouvernemental. Le thème général en appelle deux autres qui seront abordés : « le secteur privé burkinabè dans le contexte du Covid 19: mesures de relance pour profiter des opportunités offertes par la ZLECAf” et « Opportunités de transformation structurelle offertes par la ZLECAf: le rôle des filières porteuses ».

L’objectif général de la rencontre nationale selon ses termes de références est de permettre à l’État et au secteur privé d’échanger de manière globale sur les questions majeures de développement.

L. Dô Sanon

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.