Remplacement du maire de Houndé: L’élection n’a pas eu lieu pour défaut de quorum

C’est aujourd’hui que  le conseil municipal de la commune de Houndé devrait se réunir en session extraordinaire pour choisir un nouveau maire en remplacement de l’actuel maire, Dissan Boureima Gnoumou. En effet, ce dernier était concerné par la décision du ministère de l’administration territoriale malgré que la justice lui avait fait droit dans cette affaire de « révocation » pour changement de parti politique pendant son mandat.

La session qui était prévue de se tenir ce vendredi matin du 14 mai 2021 pour remplacer l’actuel maire était sous haute surveillance policière car un huis clos avait été décidé par le préfet du département de Houndé qui présidait le conseil du jour. Ce huis clos dont le préfet a justifié par des raisons sécuritaires selon une source communale, n’a autorisé que les conseillers à accéder à la salle.

Et après environ deux heures d’attente, le quorum n’a finalement pas été atteint car sur les 46 conseillers au total, seulement 17 étaient présents. Alors qu’il fallait au moins les 2/3 du conseil soit 31 conseillers pour que l’élection ait lieu. Un défaut de quorum qui a fait reporter ladite élection à une date ultérieure. Et selon un conseiller municipal, c’est le préfet du département qui a convoqué la session.

Ce qui n’est pas selon lui légal car un préfet ne peut que convoquer la session inaugurale d’un conseil municipal. Chose que le maire que nous avons pu rencontrer à confirmé. Dans un souci de l’équilibre de l’information, nous avons approché le préfet qui n’a pas souhaité s’exprimer sur la question.

Jusqu’à quand durera ce ping pong? Personne ne sait pour le moment mais c’est sûr que ce n’est pas demain la fin de cette situation car le maire  a, avec lui, la majorité des conseillers, nous a confié un autre conseiller. Le maire quant à lui se dit confiant et républicain, et reste fié à la décision de justice qui protège son mandat.

Pour lui, il est inadmissible de violer une décision de justice qui a autorité de la chose jugée comme on tente selon lui, de le faire pour lui arracher son mandat. Dissan Boureima Gnoumou invite donc tous les acteurs au respect des lois et des décisions de justice.

Abdoulaye Tienon/Ouest-info.net

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire