Réhabilitation de la vieille mosquée de Dioulassoba: un taux d’exécution de 95% des travaux de la dernière étape

Le projet de réhabilitation de la grande et vieille mosquée de Dioulassoba est toujours en cours de réalisation. Reparti en trois (03) phases, la mise en œuvre des travaux est à la dernière étape avec un taux d’exécution de 95%. C’est du moins l’information qu’une équipe de Ouest Info a pu recueillir sur le terrain après s’être s’intéressée au sujet. Des difficultés existent certes, mais le chantier avance et tire vers sa fin selon les premiers acteurs.

Au regard de l’état d’avancement des travaux réalisés dans le projet de réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba, visiblement le comité de réhabilitation se réjoui du taux d’exécution des travaux.

« Le projet est à 95% de réalisation pratiquement. Je suis tranquille, heureux de voir une ambiance, une harmonie entre les différents acteurs de la mosquée et le comité de suivi du projet. C’est une symbiose et nous en sommes satisfait », s’est réjoui Sékou Haïdara, coordonnateur du projet de réhabilitation de la grande mosquée de Dioulassoba.

Pour lui, le reste des travaux concerne ceux de la dernière phase. Il s’agit selon lui, de l’installation photovoltaïque pour permettre à la mosquée de fonctionner avec de l’énergie solaire ; de la sonorisation et de la vidéosurveillance ; de la construction d’un château pour une distribution d’eau de forage.

Aussi, a-t-il souligné la construction d’une passerelle à l’arrière de la mosquée pour favoriser une vue de la toiture de la bâtisse afin de mieux la protéger.

Secrétaire général du comité de suivi du projet, Zakaria Barro salue la collaboration des jeunes qui a permis de faire un bon travail. Il rappelle que c’est lors d’une réunion du comité de réhabilitation qu’il a été décidé d’introduire la partie arrière de la mosquée au projet.

Le chantier tire vers sa fin mais les responsables en charge de la réhabilitation soulèvent des difficultés qui retardent la fin des travaux. La difficulté majeure selon le comité, c’est la mobilisation des ressources financières.

A cette difficulté financière s’ajoute celle des aléas climatiques notamment l’abondance des pluies. Le retard accusé est aussi dû au fait que ce chantier est un chantier-école, foi du comité de réhabilitation.

Rappelons que le projet de réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba est parti d’une nuit de levée de fonds organisée par les différents acteurs, le 18 novembre 2016. A cet effet, un comité de suivi a été constitué pour superviser les travaux. Le budget initial du projet était évalué à environ 500 millions de FCFA.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire