Ramadan 2020 au Burkina : La recherche de la nuit du destin face aux mesures restrictives de la crise sanitaire

Le mois de ramadan 2020 est tombé sur une période de crise sanitaire au Burkina Faso. Une situation qui a imposé aux musulmans de nouvelles manières de se comporter. Cet état de fait nous a amené à nous interroger sur la gestion des longues prières de groupes des dix (10) dernières nuits de ce mois béni pour les musulmans quand on sait que certaines mesures comme le couvre-feu toujours en vigueur et la distanciation sociale ne favorisent pas cela. A ce sujet, une équipe de Ouest Info s’est entretenu avec Amadou Sanogo, vice-président de la communauté musulmane de Bobo-Dioulasso par ailleurs secrétaire général de l’ouest de la fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB). Dans cet entretien, il donne des précisions.

Pour Amadou Sanogo, vice-président de la communauté musulmane de Bobo-Dioulasso, le ramadan de manière générale est une école pour les musulmans car souligne-t-il, c’est un mois au cours duquel le musulman se rend plus généreux comme l’a été le prophète Mohamed lui-même.

C’est donc selon lui, une période pour le musulman d’expier ses péchés. Il n’a cependant pas manqué de signifier la particularité des 10 derniers jours du ramadan pour le musulman.

La valeur des 10 derniers jours du ramadan pour le musulman

Les 10 derniers jours de jeûne pendant le mois de ramadan chez les musulmans sont d’un intérêt particulier. Amadou Sanogo tient du prophète Mohamed (SAW) que la dernière décade du mois de ramadan est la période où se trouve ‘’la nuit du destin’’ appelé en arabe ‘’Lahila toû câdr’’ qui signifie ‘’la valeur des choses ou le destin’’. « La nuit du destin est celle au cours de laquelle le coran a été révélé au prophète. C’est une nuit où le saint ange Djibril descend sur la terre. La valeur de cette nuit vaut 1000 mois de bonnes actions. Cette nuit est donc à n’en point douté d’une importance capitale pour le musulman. C’est pourquoi le prophète a insisté sur les 10 derniers jours du ramadan dans lesquels il y a beaucoup de mérites au point que le musulman doit prendre courage et faire beaucoup d’adoration pour mériter la valeur de cette nuit » fait savoir Amadou Sanogo sans toutefois oublier de se pencher sur le sens et la manière de conduire les prières de nuit au cours de cette période.

Le sens des longues prières nocturnes des 10 derniers jours de ramadan

Abordant le sujet des longues prières de nuit pendant la dernière décade du ramadan, Amadou Sanogo donne des précisions.

L’originalité de la prière des derniers jours du jeûne musulman est due selon lui, au fait qu’elle est une prière individuelle. Pour lui, les musulmans ont pris l’habitude de faire cette prière en groupe pour certaines raisons.

En effet, la prière commune pour la recherche de la nuit du destin est une source de motivation car étant en groupe, on s’inspire mieux des autres. En plus, il y a aussi que beaucoup de gens ne sont pas capables de lire le coran.

Ce qui fait que ces derniers n’arrivent pas à faire les prières individuellement. Prier en groupe est donc mieux pour cette catégorie de personnes. Pour illustrer ce qu’il avance, le vice-président de la communauté musulmane de Bobo prend l’exemple sur le prophète qui faisait ces prières de ramadan individuellement.

Pour ce faire, il invite les musulmans à tenir compte de la situation de crise sanitaire que traverse le pays pour minimiser les rassemblements. « Le prophète Mohamed (saw) a eu faire ces prières individuellement et non avec ses compagnons et il ne l’a pas non plus fait à la mosquée. Il l’a fait chez lui, à la maison. Cela montre donc que les prières des 10 dernières nuits peuvent se faire individuellement. Si Dieu a voulu que cette année il y ait un obstacle à la prière commune dans les mosquées, il n’y a donc pas d’inconvénients à ce que les gens le font individuellement comme le prophète l’a fait. L’essentiel, c’est de faire beaucoup d’efforts pour faire beaucoup de prières et d’invocations. Ce sont des choses qu’on peut faire seul ou avec la famille. C’est sûr qu’avec un nombre réduit de personnes, il est plus simple de respecter les consignes sanitaires édictées par les autorités » a conclu Amadou Sanogo qui invite tous les musulmans à faire beaucoup d’invocations pour l’éradication de la maladie à coronavirus au Burkina Faso.

Abdoulaye Tiénon

Laisser un commentaire