Province du Kénédougou : un projet pour prévenir l’extrémisme violent

Le Haut-commissaire de la province du Kénédougou a procédé le jeudi 29 avril 2021, au lancement du projet «  sur les chemins du dialogue ». Objectif, trouver une solution à l’extrémisme violent qui va de plus en plus grandissant dans la localité depuis maintenant quelques années.

Depuis quelques années, la province du Kénédougou connaît une montée de la radicalisation et de l’extrémisme violent autochtone. Il s’agit principalement de la multiplication des attaques commanditées par des groupes extérieurs, les conflits pour l’accès au foncier et la montée des pratiques religieuses conservatrices.

Selon Calixte Bakoné, coordinateur du projet « sur les chemins du dialogue », ce lancement fait suite de la fin prévue du projet « ensemble pour le dialogue » en juillet 2021.

Et au regard des résultats engrangés de par le passé, l’Union Européenne a accepté d’accompagner financièrement une fois de plus le présent projet qui entend jouer le rôle de prévention de l’extrémisme violent, à hauteur d’un million d’euros.

Les officiels en interview après la cérémonie

Toujours selon Calixte Bakoné, quatre composantes spécifient les actions qui seront menées sur le terrain. Ce sont principalement la question du dialogue interreligieux et intercommunautaire; la sensibilisation de la jeunesse à lutter contre l’extrémisme violent et la radicalisation.

Il y aura aussi une composante du projet qui traitera du cadre de concertation avec les OSC et enfin une composante qui impliquera les services techniques de l’Etat et les partis politiques pour une meilleure cohésion sociale.

Fort de ce constat, le Haut-commissaire de la province du Kénédougou, Abdallah Pathé Sangaré s’est  réjoui de la présence de l’ONG progettomondo.mlal, porteuse de ce projet. Il a ainsi invité les différents acteurs à s’impliquer sérieusement dans la mise en œuvre du projet afin que les résultats escomptés soient atteints.

Pour qu’ils se l’approprient effectivement, les participants à la cérémonie de lancement du projet ont eu droit à une présentation de celui-ci. Ces derniers ont en retour, émis un vœu; celui de repenser la méthode de mise en place des cellules de veille citoyenne pour un monitoring citoyen de qualité.

Notons que ce projet de prévention de l’extrémisme violent autochtone à travers la promotion du dialogue interreligieux et intercommunautaire de la base aux institutions publiques est mis en œuvre par l’ONG progettomondo.mlal en collaboration avec l’Ocades, le Cerfi et Siraba.

La mise en œuvre va de janvier 2021 à juillet 2023 et couvrira 07 Communes de la province du Kénédougou.

Romuald Somda/Orodara

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire