Projet de déguerpissement au secteur 29 de Bobo: un mouvement prend fait et cause pour les habitants visés

Ce mardi 9 juin 2020, s’est tenue une conférence de presse à la zone non lotie du secteur 29 (belle-ville) de la ville de Bobo-Dioulasso. Organisée par le mouvement solidarité pour le droit au logement, le but de ce point de presse est de plaider pour la cause des habitants du non loti, menacés par un déguerpissement. C’était en présence des représentants des populations concernées.

Le but de cette conférence de presse est d’apporter un soutien aux populations des habitats spontanés de belle-ville, menacées de déguerpissement.

Pour le président du mouvement solidarité pour le droit au logement (MSP-DROL), il est vrai que pour occuper un espace en zone urbaine, il faut posséder un titre de propriété et/ou de jouissance. Mais il convient selon lui de tenir compte du contexte pour traiter le cas de belle-ville avec délicatesse.

C’est pourquoi, le mouvement souhaite que la situation soit réglée par des négociations. Pour ce faire, le président du MSP-DROL demande à l’autorité de reconsidérer sa décision de déguerpir cette population afin qu’ensemble l’on puisse réfléchir à comment leur trouver un site d’accueil.

Au sortir d’une rencontre avec le secrétaire général (SG) de la commune de Bobo, le président du MSP-DROL se dit très satisfait des échanges, car le secrétaire général aurait compris le sens du plaidoyer du mouvement pour une solution amiable à la situation d’habitats spontanés de belle-ville à déguerpir.

A en croire le président du mouvement, la rencontre a porté fruit. « nous avons trouvé un accord. Je pense que s’ils sont sincères, il n’y aura pas de déguerpissement pour le moment. Nous allons trouver un site d’accueil pour ces gens-là » a-t-il rassuré.

Porte-parole des résidents de la zone non lotie, Abdoul Karim Ouédraogo, a salué l’initiative du mouvement avant d’inviter tous les acteurs à s’impliquer davantage pour trouver une solution à leur situation.

Ce dernier a, par ailleurs souhaité que les autorités revoient le cas des sociétés immobilières qui sont aussi pour eux, une autre menace.
LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire