Prix des fournitures scolaires : Le ministère du commerce veut traquer les commerçants “véreux”

image_pdfimage_print

Le ministre de l’Industrie, du Commerce  et de l’Artisanat, Harouna Kaboré a procédé dans l’après-midi du lundi 13 septembre 2021 à Bobo-Dioulasso, au lancement de l’opération de contrôle des prix des fournitures scolaires.

Période de forte demande rime toujours avec flambée des prix. Pour éviter que cette loi de l’offre et de la demande ne s’applique aux fournitures scolaires, le ministère du commerce, à l’orée de chaque rentrée scolaire, procède à un contrôle en vue de veiller au respect de la réglementation en matière de prix et de qualité des fournitures scolaires.

Le contrôle concerne tous les acteurs de la chaine de distribution, notamment les grossistes (importateurs), les demi-grossistes et les détaillants avec pour objectif de non seulement éviter la surenchère mais aussi et surtout, de permettre aux parents d’élèves  et étudiants de vivre la rentrée scolaire en « toute quiétude ».

Il s’agit pour les équipes de contrôle selon le ministre, de vérifier le respect de la règlementation dans le secteur, en l’occurrence le respect des prix, de la facturation, des marges bénéficiaires autorisées, de la publicité des prix (affichage, marquage, étiquetage), des conditions d’importation et des dispositions relatives au commerce de distribution.

Harouna Kaboré, contrôleur d’un jour…

Après le lancement officiel de l’opération, le ministre s’est rendu avec son équipe sur le terrain afin de vérifier le prix des fournitures dans certains magasins.

Après avoir visité une librairie et un magasin de grossiste,  le ministre Harouna Kaboré a apprécié la disponibilité des fournitures. Il a cependant déploré que les enseignes ne précisent pas le type de commerce, ce qui est condamnable par la loi.

Ainsi, a-t-il exhorté les commerçants au respect des marges fixées par la règlementation en vigueur et à se départir de toute pratique commerciale illicite.

Ces contrôles qui ont débuté il y a de cela quelques semaines, vont se poursuivre sur toute l’étendue du territoire national. Pour dissuader les commerçants « véreux », le ministre a tenu à rappeler que des sanctions seront prises en cas de manquement à la règlementation en vigueur.

Et d’inviter les populations à toujours dénoncer les cas de surenchère et ce, en appelant la Brigade mobile de contrôle économique et de la répression des fraudes (BMCRF) aux numéros suivants : 80001184/80001185 et 80001186.

Amsatou Coulibaly/stagiaire (Ouest-info.net)

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.