Présidentielle de novembre 2020: le candidat de Vision Burkina investi à Bobo

Le parti Vision Burkina a tenu son tout premier congrès à Bobo-Dioulasso le samedi 4 juillet 2020. C’était l’occasion pour le parti d’investir son candidat pour les élections présidentielles à venir. Dô Pascal Sessouma puisque c’est lui qui a été désigné, s’est réjoui de la confiance à lui placée par ses militants et sympathisants qui n’ont pas marchandé leur présence au congrès.

C’est à son tout premier congrès ordinaire que le parti Vision Burkina a investi Dô Pascal Sessouma comme son candidat pour la conquête du pouvoir d’Etat en novembre 2020. Placé sous le thème « Pacifisme, enjeux sécuritaires et résilience citoyenne », le parti entend défendre un idéal de société de paix sans arme.

Ainsi dans sa vision, le candidat du parti entend accorder une moindre importance à l’armée qu’il souhaite supprimer à long terme si toutefois les circonstances le permettent.

Pour lui, la situation d’insécurité actuelle du Burkina ne peut être vaincue par les armes sinon que par le dialogue entre Burkinabè car il estime que ce sont des burkinabè qui attaquent le Burkina.

A cette vision politique d’Etat sans armée, Dô Pascal entend institutionnaliser la chefferie traditionnelle dont le rôle lui semble primordial pour la paix au Faso.

De ses engagements, l’on peut également compter avec une assemblée nationale constituée d’au moins 25℅ de jeunes de moins de 40 ans et les debats à l’hémicycle se feront en langues nationales. Bobo-Dioulasso et toutes les autres importantes villes hebergeront la présidence du Faso à tour de rôle et pour au moins un an chacune.

Au nombre de sept dans son programme politique, l’on pourrait les appeler les sept engagements de Dô Pascal Sessouma pour un Burkina Faso de paix et d’égalité sociale.

Du reste, le candidat a demandé à ses militants et sympathisants à rester résilients pour vaincre l’adversité qui n’est selon lui, autre que le fruit d’idées réfractaires au changement. ‹‹ Comme disait Schopenhauer, les idées fortes ont toujours été fortement combattues au début pour être plus tard fortement applaudies. Nous nous sommes dans cette phase de début et nous attendons la suite. Je demande donc aux militants de montrer que nous sommes solides car nos adversaires espèrent que nous tombons ici et maintenant ›› les a-t-il mis au courant avant de les inviter à ratisser large pour porter le parti au pouvoir pour un Burkina nouveau.

Abdoulaye Tiénon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire