Préservation du foncier rural: la confédération paysanne du Faso renforce les capacités d’une quinzaine de journalistes

image_pdfimage_print

La confédération paysanne du Faso (CPF) a initié un atelier de formation sur le foncier rural à l’endroit de journalistes, communicateurs et blogueurs du Burkina du 17 au 19 février 2021 à Ouagadougou.  Objectif, permettre à ces hommes et femmes de lettres de mieux s’imprégner des règles qui encadrent le foncier rural en vue de susciter des productions allant dans le sens de la préservation de ces terres. L’atelier a connu la présence d’une dizaine de participants issus de médias partenaires de la plate-forme Multi-Acteurs de la CPF.

Susciter l’adhésion des journalistes, communicateurs et bloggers à l’initiative de protection et de préservation des terres rurales est l’objectif visé par la confédération paysanne du Faso (CPF) en initiant un atelier de formation à cet effet.

Ainsi, les participants se sont familiarisés deux jours durant, avec les principaux instruments qui gouvernent actuellement la gestion du foncier rural au Burkina Faso.

Et l’accent a été mis sur la loi 034 portant, régime foncier rural de juin 2009. Une loi dont l’étude a permis de relever toutes ses difficultés de mise en œuvre effective.

Toute chose qui favorise le bradage des terres rurales. Pour le communicateur sur la loi 034, François Louré, cette situation est en partie à l’origine des problèmes fonciers et alimente du même coup l’insécurité alimentaire car dénonce-t-il, des gens s’accaprent des centaines d’hectares qu’ils ne mettent pas en valeur.

Du renforcement des capacités des participants sur la gestion du foncier rural, les directives volontaires pour une gouvernance responsable du foncier rural n’a pas été en reste.

Edictées par la FAO à l’endroit des pays membres de l’ONU, ces directives ont également selon, Lucien Silga, un autre formateur, vocation à aider les régimes fonciers nationaux existants à protéger les terres rurales pour le développement de l’agriculture qui garantit l’alimentation des populations.

Les directives volontaires sont des indications prescrites sur comment gérer de manière efficiente le foncier rural par les pays concernés.

A l’issue de la formation, la confédération paysanne du Faso (CPF) a émis à l’endroit des participants, le vœu de voir des productions qui contribueront à sensibiliser les populations et à interpeller les décideurs sur la nécessité d’appliquer les lois qui encadrent le patrimoine foncier rural qui est menacé de toute part.

Abdoulaye Tiénon/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.