Préoccupations des municipalités du Burkina Faso: le FPDCT échange avec l’AMBF

Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) a initié une rencontre d’échanges avec le bureau de l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF) dans la soirée du jeudi 18 juillet dernier dans la salle de délibération de la mairie centrale de Ouagadougou. 

Les participants ont suivit avec intérêt les échanges

Avant d’entrer dans le vif du sujet à l’ordre du jour, le directeur général du FPDCT, Bruno Dipama a d’abord tenu à expliquer aux participants le rôle et les missions de sa structure qui existence depuis une décennie. Selon M. Dipama, au Burkina Faso, l’unique dispositif étatique de financement des projets et programmes d’investissements des Collectivités territoriales est le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) qui a été en 2004.

Aux dires de M. Dipama, le Fonds permanent est organisé autour d’une direction générale animée par un directeur général et comprenant des structures centrales et treize agences régionales. Ses ressources financières à en croire M. Dipama, se composent des contributions budgétaires de l’Etat, des contributions des PTF, des revenus de placements financiers effectués, des dons et legs et de toute autre source de financement autorisé par le conseil d’administration.

Le FPDCT constitue un instrument capital dans le dispositif de rapprochement de l’administration de ses administrés. Structure d’appui technique et financier aux collectivités territoriales, il vise entre autres, la réduction de la pauvreté par la promotion du développement local à la base conduit par les collectivités territoriales, l’émergence d’un secteur privé local dynamique.

Aussi, le renforcement de la gouvernance locale, l’amélioration des performances de l’administration d’Etat locale et l’épanouissement de la citoyenneté locale sont les objectifs poursuivit par le Fond permanent. Et, sa mission principale, a précisé le premier responsable de la structure, est de concourir au financement des programmes prioritaires de développement des collectivités territoriales et au renforcement de leurs capacités opérationnelles.

Cette rencontre qui est la première du genre avec l’association des municipalités du Burkina Faso (AMBF) depuis la prise de fonction du directeur général du FPDCT Bruno Dipama, a servi de cadre pour ce dernier de rassurer les différents participants que sa structure travaillera à mobiliser des ressources financières à leur endroit.

Une rencontre pour toucher du doigt les difficultés des collectivités

Elle permettra ainsi selon M. Dipama d’identifier les difficultés qui trouveront des solutions pour en venir à bout. ‹‹Avec la faîtière, nous avons initié cette rencontre d’échange pour pouvoir appréhender les besoins réels d’accompagnement des 351 communes du pays, et étant donné que la faîtière est un des canaux les plus privilégiés à travers lesquels nous pouvons avoir certaines informations concernant les communes. Cette rencontre n’est pas juste une rencontre ponctuelle mais, c’est une rencontre qui sera institutionnalisée pour qu’à l’avenir, nous puissions régulièrement nous concerter pour ensemble voir quelle peut être l’offre d’accompagnement du Fonds à l’endroit des communes du Burkina Faso›› a expliqué le DG du Fonds permanent. 

Une vue des participants à la rencontre

Et le président de l’AMBF, Armand Béouindé de se réjouir de cette rencontre qui est une première pour son association. Une rencontre qui permettra sans doute de trouver des solutions à leurs préoccupations. ‹‹Chaque année, nous recevons des documents qui nous donnent droit à des tirages d’un certain montant en fonction d’un certain nombre de critère par commune et qui nous permettent de faire des investissements mais, souvent nous rencontrons des problèmes énormes pour investir cet argent sur le terrain. Or, nous n’avons pas de moyen pour pouvoir poser les préoccupations qui sont les nôtres. L’installation de ce cadre de concertation va permettre à la faîtière qu’est l’AMBF de pouvoir dire au premier responsable de ce Fonds nos préoccupations, et ce n’est qu’ainsi que nous pourrions ensemble faire en sorte que les fonds puissent profiter réellement aux populations›› a indiqué le président de l’AMBF qui du reste, a salué rencontre qui sera selon lui, sanctionnée par une formalisation de collaboration actée par un document qui sera le fruit des discussions issues de ce cadre de dialogue.

Et le DG Bruno Dipama de rassurer la faîtière des municipalités du Burkina que sa structure travaillera à mobiliser des ressources financières et techniques pour les soutenir car, explique-t-il, ‹‹nous avons le devoir de travailler main dans la main pour l’émergence d’un nouveau modèle de société équilibrée et basée sur le partage, l’équité, la tolérance, la solidarité et l’entraide›› a conclut M. Dipama.

Wendlasida Savadogo, correspondant à Ouaga

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire