Polémiques autour de la réhabilitation du cimetière de Ouezzinville: « ce lieu demeurera un cimetière tant je serai maire » Bourahima Sanou

En marge du lancement de la formation des agents communaux de la ville de Bobo-Dioulasso ce lundi 11 janvier 2021, le maire a tenu à se prononcer sur la question des polémiques liées à la réhabilitation du cimetière de Ouezzinville. Pour lui, tant qu’il sera le maire de cette ville, ce lieu demeurera un cimetière.

Le cimetière de Ouezzinville est en phase de réhabilitation. Selon les propos du maire de la commune de Bobo-Dioulasso, un comité de réhabilitation de ce cimetière, issu de la société civile a demandé à appuyer la commune à avoir un cimetière digne de ce nom.

C’est ainsi, précise-t-il, que la demande a été validée et le comité a réhabilité le cimetière de Banakélédaga avec succès. Et après ce premier cimetière réhabilité, ajoute-t-il, le comité a demandé au conseil municipal l’autorisation pour étendre son action à d’autres vieux cimetières de la ville.

Ainsi par délibération du conseil municipal, autorisation a été donnée au comité pour réhabiliter tout ce qu’il y a comme vieux cimetière. « C’est ainsi que le comité s’est déporté sur l’ancien cimetière de Ouezzinville pour commencer les travaux. Grande fut notre surprise d’apprendre que les gens disent qu’ils ne voulaient plus de cimetière à cet endroit, mais plutôt une école ou un centre de santé » a expliqué le maire.

Et ce dernier de rappeler que ce cimetière est resté pendant des années à ciel ouvert avec tous les dangers possibles.  Bourahima Sanou ne trouve donc pas d’inconvénients à ce qu’il soit réhabilité (et clôturer avec beaucoup plus de sécurité)  du moment qu’il profitera à la population.

D’où son indignation face à ces personnes qui pensent que le comité aurait un agenda caché derrière cette action. « Pour quelle raison va-t-on vendre un cimetière à un comité qui n’est pas du privé ?  Ce n’est pas non plus pour en faire des parcelles », défend-il le projet.

Avec la prolifération des sociétés immobilières qui s’accaparent les terres autour de la ville de Bobo-Dioulasso, le maire pense que si rien n’est fait, il serait difficile de trouver de l’espace pour faire des inhumations dans les années avenir.

Réhabiliter les vieux cimetières, serait donc selon lui, une alternative à cette question.  Ainsi, s’est-il voulu ferme sur la question de réhabilitation du cimetière de Ouezzinville. « Tant que moi je resterai le maire de cette ville, cet endroit demeurera un cimetière », a-t-il rassuré les différents acteurs de la réhabilitation du cimetière de Ouezzinville.

LD (Ouest-info.net)

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire