Partenariat UNB/IRD : Un avenant pour élargir les domaines d’intervention

L’Université Nazi Boni (UNB) de Bobo-Dioulasso et l’institut de recherche pour le développement (IRD) ont, par visioconférence, signé ce jeudi 07 juillet 2022, un avenant dans le cadre de la coopération existante entre eux depuis 2015.

En effet, c’est depuis le 21 avril 2015 qu’est née cette coopération entre ces deux structures dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Le présent avenant qui proroge la convention signée le 21 avril 2015, embrasse selon le président de l’UNB, tous les domaines de compétence de l’UNB à savoir les sciences agronomiques, de technologies, la santé humaine et animale, les sciences de la vie et de la terre, les sciences de l’ingénierie, les sciences sociales, juridiques, politiques, économiques et de gestion, l’informatique, mathématiques et physique.

Selon le président Pr Macaire Ouédraogo, l’Université Nazi Boni dans sa quête permanente de l’excellence a besoin de partenariat dynamique pour une Co-construction de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Le président de l’UNB, Pr Macaire Ouédraogo, signant l’avenant du côté de Bobo-Dioulasso

Ainsi, il indique que l’IRD fait partie du réseau d’excellence de coopération de l’UNB où il est le favori. Il rappelle que dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, l’IRD est l’institution phare dans l’exécution de cette volonté politique des autorités.

Le président de l’UNB se dit satisfait de cette coopération avec l’IRD. « Nous avons une dizaine d’enseignants-chercheurs qui ont été formés dans le cadre de la collaboration avec l’IRD et continuent de bénéficier de ce cadre d’échanges et des instruments de recherche et de formation exemplaires que sont le LAMIVECT, le LMI PathoBios, la jeune équipe associée de l’IRD et le PFS MOMA » a-t-il fait savoir.

Il signifie que l’UNB reste ouverte à accueillir des chercheurs de l’IRD en tant que chercheurs associés et aussi toute proposition pour plus de dynamisme dans ce partenariat.

Pour la présidente directrice générale de l’IRD Valérie Verdié, cette coopération se traduit par un certain nombre de projet de recherche et de collaboration très fructueuse sur des maladies vectorielles épidémiologiques à travers des études partenariales mises en place.

Aussi, elle estime que d’autres actions de recherche et d’information se poursuivent. Elle a par ailleurs exprimé sa satisfaction que son premier étudiant burkinabè soit de l’UNB.

Moussa Koné (Ouest-info.net)

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.