Partenariat Arcop/Cesag : pour relever les défis de la commande publique

L’autorité de régulation de la commande publique (Arcop) et le Centre africain d’études supérieures en gestion (CESAG) ont procédé à la signature d’un partenariat dans le domaine de la commande publique. La cérémonie s’est déroulée ce 1er octobre 2020 à Ouagadougou et était placée sous la présidence du premier ministre, Christophe Dabiré, représenté par son directeur de cabinet Luc Hien.

C’est autour d’une table ronde que l’Arcop et le CESAG, ont décidé de mutualiser leurs efforts afin de relever les défis liés à la commande publique au Burkina Faso.

Placée sous le thème « la capacitation des acteurs de la commande publique au Burkina Faso », cette journée d’échange devra permettre aux deux structures de définir un calendrier de capacitation et de formation de spécialistes et d’experts en commande publique.

Selon le directeur général du CESAG, Batibié Serges Auguste Bayala, cette table ronde vise à « identifier les besoins spécifiques de renforcement de capacités de l’ensemble des parties prenantes de la commande publique afin d’identifier les actions idoines pour leur prise en charge ». Quant au partenariat qui en découle, il s’agira de conjuguer les efforts  pour l’amélioration du cadre règlementaire régissant la commande publique.

Luc Hien, le représentant du premier ministre a salué «  cette vision des deux structures ». Il n’a pas manqué de leur rappeler l’importante place qu’occupe la commande publique. «  C’est un instrument majeur de gouvernance », leur a-t-il dit.

A écouter le Secrétaire Permanent de l’Arcop Tahirou Sanou, le besoin de renforcement des capacités au Burkina Faso en matière de commande publique est réel. Et pour lui, le CESAG, au regard de son expérience, est un partenaire stratégique pour la formation et le renforcement de capacités.

Si l’on s’en tient aux propos de Tahirou, ce partenariat devra contribuer à assainir le milieu de la commande publique en mettant fin au gaspillage de l’argent public à travers les mauvaises exécutions de chantiers, l’abandon de chantiers, des études non-satisfaisantes.  

Cheick Ahmed Traoré

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire