Pâques 2020: « il n’y aura pas de baptême d’adultes ni d’enfants »

A l’occasion de la célébration Pascale 2020, Mgr Paul Ouédraogo, évêque de Bobo-Dioulasso, s’est adressé aux fidèles chrétiens ce samedi 11 avril 2020. Dans son message, l’évêque de Bobo invite non seulement les fidèles chrétiens à revenir aux sources de la pâque, mais aussi au respect des mesures barrières contre le coronavirus.

Selon Mgr Paul Ouédraogo, pâque 2020 sera très spéciale, parce que depuis des siècles et même des millénaires, dit-il, l’église est habituée à célébrer cette fête avec beaucoup de faste. Puisque c’est l’occasion de baptiser les adultes qu’on a préparé au sacrément du baptême. C’est également dit-il, l’occasion, le samedi (veille de la célébration) de régulariser beaucoup de situations matrimoniales afin de pouvoir baptiser les conjoints dans la nuit de pâques. Et cette année, rien de tout cela.

Les stages des baptisés ont été interrompu, soutient-il. Il n’y aura pas de baptême d’adultes ni d’enfants à pâques. C’est pâques dans le confinement à cause du coronavirus.

Mais pour l’évêque de Bobo, au lieu de parler de pâque en confinement, il faudrait parler de pâque en famille. « Nous étions habitués à faire la fête en famille certes », rappelle-t-il, « mais nous ne l’avons peut-être suffisamment pas fait un lieu de sanctuaire ». Alerte Paul Ouédraogo.

Et cette année, Jésus veut faire de chacune de « nos familles », le véritable sanctuaire où le ressuscité vient à notre rencontre. Soutient l’évêque. Nous n’avons pas la possibilité d’aller dans les églises pour écouter sa parole, c’est lui qui décide de nous rejoindre là où nous sommes, dans nos cœurs.

Alors Mgr Paul Ouédraogo invite ses frères chrétiens, peut-être à revenir aux sources de pâques. Parce que c’est sûr, selon lui, que la première pâque n’a pas été célébrée comme il est fait dans les églises avec des baptêmes ou des mariages. La première pâque s’est adressée en premier lieu, à Marie Madeleine. Rappelle-t-il.

Dans ces moments difficiles que traverse le monde entier du fait du covid-19, Mgr Paul Ouédraogo invite à plus de solidarité. Il ne faudrait pas, selon lui, que les plus nantis oublient les plus démunis, si l’on veut que pâque soit ce qu’elle mérite d’être.

Il n’a cependant pas manqué de rappeler à tous le respect des consignes barrières dans la lutte contre la pandémie du coronavirus. C’est se protéger et protéger les autres, dit-il.

C’est dans cette dynamique que Mgr Paul Ouédraogo souhaite à tous et à toutes une bonne fête de pâques, « et puisse pâque être le tombeau du coronavirus ».

Abdoul-Karim E. Sanon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire