Paix et réconciliation nationale : Les jeunes de la communauté islamique Ahmadiyya de Bobo réfléchissent sur leur contribution

image_pdfimage_print

« Le rôle de la jeunesse Ahmadiyya pour la paix et la réconciliation nationale », c’est le thème de cette convention encore appelé « Ijtema »

Environ 300 jeunes venus de Bobo-Dioulasso et des villages environnants ont pris part à cette convention régionale. A travers cette convention, les organisateurs veulent sensibiliser cette jeunesse par rapport à la question de la paix et de la réconciliation nationale et ce, au regard de l’actualité nationale dominée par la recherche de la paix.

Durant 48 heures, ces jeunes ont mené des compétitions dans le domaine des connaissances religieuses et sportives. Au niveau des compétitions en connaissances religieuses, les participants ont rivalisé sur la lecture et la mémorisation du saint coran, l’azan ou l’appel à la prière, la messagerie, le discours improvisé, etc. Quant aux disciplines sportives, on a entre autres le football, la course de vitesse, la course relais, le tir à la corde ou « Raza kachi ».

En plus de ces différentes activités de compétition, des séances de prêches ont été organisées en vue d’inculquer à ces jeunes certaines valeurs morales et spirituelles notamment le bon comportement dans la société, le pardon et la tolérance dans le voisinage, le patriotisme, l’amour pour son prochain.

Pour Sadr Koné Daouda, actuel président national de la jeunesse Ahmadiyya du Burkina, le thème de cette édition est d’une importance très capitale, car dit-il, « la question de la paix et de la réconciliation nationale n’est pas l’apanage des hommes politiques seulement ». Il appartient, ajoute-t-il, « à chaque citoyen de s’investir pour que règnent l’amour et l’entente mutuelle ».

Les meilleurs des différentes compétitions ont été primés

Le conférencier quant à lui, déclare que l’islam qui signifie ‘’la paix’’ promeut la cohésion sociale, le vivre ensemble et la culture de l’amour pour son prochain. « La promotion de la paix et de la réconciliation passe d’abord par l’amour, car sans l’amour il n’y a pas de paix et sans paix il n’y a pas de réconciliation », a-t-il martelé.

Missionnaire régional de la Jama’at Ahmadiyya de Bobo, Guingané Alassane trouve que ce cadre permet aux jeunes de la communauté non seulement de renforcer et de partager des expériences morale, spirituelle, et sportive mais aussi de nouer des liens et de s’encourager dans la mise en œuvre des nobles enseignements de l’islam.  « Il y a un besoin urgent de bannir les sentiments de haine et de promouvoir la paix. Pour une société apaisée, l’homme doit avoir de la compassion pour son prochain » a-t-il martélé.

Il a par ailleurs exhorté les participants à mieux se préparer pour la convention nationale qui se tiendra en décembre à Ouagadougou où 2000 personnes sont attendues.

Les meilleurs compétiteurs ont été, à l’issue de la convention, primés. Mais pour Sadr Koné, la plus grande des récompenses est « celle des bénédictions qui sans doute accompagneront les participants dans leur vie ».

Boureima Konaté /stagiaire (Ouest-info.net)

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.