Moumouni Sidibé, président du SYNEF : “Les aliments du bétail subventionnés par l’Etat n’arrivent pas à destination”

image_pdfimage_print

Nouvellement créé, le syndicat national des éleveurs du Faso (SYNEF) a été officiellement présenté ce jeudi 22 juillet 2021 à Bobo-Dioulasso au cours d’une conférence de presse. A l’occasion, les acteurs n’ont pas manqué de relever un certain nombre de difficultés auxquelles fait face le secteur avant d’interpeller leur ministère de tutelle.

Au nombre des principales difficultés, Moumouni Sidibé et ses camarades ne sont pas allés du dos  la cuillère pour les étaler.

Du côté de l’alimentation du bétail, le président du syndicat national des éleveurs du Faso (SNEF) reconnait que l’Etat fait des efforts en subventionnant les aliments.  Mais le hic est que selon lui, ceux-ci n’arrivent pas à destination. « En matière de l’alimentation du bétail, l’Etat  fait des efforts. Des aliments ont été subventionnés. Mais malheureusement, ceux-ci n’arrivent pas à destination » regrette-t-il.

Autre difficulté du secteur de l’élevage selon lui, le problème des zones pastorales. « Au Burkina Faso, nous avons plusieurs zones pastorales. Mais dans les faits, elles n’ont jamais fonctionné. Nous nous posons la question de savoir pourquoi c’est ainsi» regrette Moumouni Sidibé pour qui, cette situation a conduit nombre d’éleveurs à traverser les frontières.

Et c’est cette fuite des éleveurs vers d’autres pays qui justifie selon lui, la cherté de la viande sur le marché burkinabè.

La question des parcs animaliers et des abattoirs a aussi été évoquée par le principal conférencier. L’homme pense que ces derniers ne sont pas adaptés alors que, « les collectivités chargées de leur gestion, collectent des taxes ». « Où vont donc ces taxes qui sont collectées si les parcs et les abattoirs ne sont pas entretenus » se demande-t-il.

Au regard de toutes ces difficultés qui entravent le bon développement du secteur et partant, l’épanouissement des acteurs, le syndicat interpelle le ministère en charge des ressources animales à « avoir un œil regardant sur ce secteur qui contribue fortement à l’économie nationale ».

Jack Koné/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.