Mobile “Agent” contre la Covid-19 : un projet de riposte rapide mis en œuvre par l’UNB

image_pdfimage_print

Dans le cadre de la lutte contre la covid-19, l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a fait un appel à projet pour une riposte rapide de la pandémie. L’Université Nazi Boni ayant bénéficié de ce projet porté par ses enseignants, l’a mis en œuvre du 09 septembre au 30 novembre 2020 qui a marqué la date de restitution des résultats. C’était sur le site de l’INSSA en présence des responsables de la mise en œuvre du projet et des étudiants de l’institut.

Trouver une réponse appropriée et rapide à la pandémie à coronavirus au sein des populations déplacées internes est le but de la mise en œuvre d’un des projets de l’AUF au Burkina Faso par des enseignants de l’Université Nazi Boni.

« Utilisation de l’application mobile ‘’Agent’’ dans le suivi des sujets contacts et la gestion de l’information relative aux malades cccovid-19 ; cas des déplacés internes du Burkina Faso » est l’intitulé du projet en question. Selon la coordonnatrice professeur Sanata Bamba, le projet s’inscrit dans le cadre des stratégies de riposte rapide contre la covid-19.

Il s’agit selon elle, d’une application technique innovante utilisée dans la collecte des données. « Contrairement à ce qui se passe au plan national, nous, nous avons des fiches de collecte des données sur version papier. Notre application technique a numérisé toutes ces fiches de collecte de données. Ce qui a permis de collecter ces données en temps réel sur le terrain et les transmettre instantanément via un serveur à travers la connexion internet », a expliqué la coordonnatrice du projet avant de préciser les populations cibles du projet qui sont les personnes déplacées internes.

Professeur Sanata Bamba, coordonnatrice du projet

Ainsi, sur les deux districts de Karangasso Vigué et de Orodara, ce sont 250 cas suspects qui ont identifiés. Et sur ces cas suspects, il y a eu 02 cas confirmés qui ont été pris en charge conformément aux directives nationale de la lutte contre la maladie.

De cette mise en œuvre, professeur Sanata Bamba retient que ce projet est écologique et économique vu que les moyens utilisés pour sa mise en œuvre sont entièrement numériques.

Elle ajoute que le projet n’entend pas s’arrêter là car il est prévu d’autres actions en faveur de ces populations notamment la distribution de kits alimentaires car souligne-t-elle, ces populations sont parfois oubliées dans les politiques nationales.

Abdoulaye Tiénon (Ouest-info.net)

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.