Mise en œuvre du PADEL-B dans les Haust-Bassins : Les acteurs satisfaits des 4,873 milliards de FCFA injectés en 5 ans

Le Projet d’Appui au Développement du Secteur de l’Elevage au Burkina (PADEL-B) a réuni les différents acteurs de la filière à Bobo-Dioulasso dans la matinée du vendredi 15 juillet 2022. Objectif, faire son bilan dans la région des Hauts-Bassins après cinq (05) ans de mise en œuvre et recueillir les préoccupations des éleveurs pour préparer le terrain à une éventuelle reconduction du projet. C’était en présence d’autorités régionales et locales.

Effectivement lancé en 2018, le Projet d’Appui au Développement du Secteur de l’Elevage au Burkina (PADEL-B) visait trois principaux objectifs.

Une vue des acteurs à l’atelier bilan de Bobo-Dioulasso

Il s’agissait d’améliorer la productivité des systèmes d’élevage traditionnel en facilitant l’accès aux services et aux intrants zootechniques ; renforcer l’efficacité et la compétitivité des chaines de valeur pour répondre à la demande du marché national et régional et le renforcement des mécanismes de prévention et de réponses aux graves crises et situations d’urgence dans le secteur de l’élevage. Pour mieux organiser la mise la mise en œuvre du projet, chacun de ces objectifs s’est décliné en composante.

Ainsi pour la région des Hauts-Bassins, un montant global de 4 873 771 362 FCFA a permis aux différents acteurs de bénéficier d’au moins 68 infrastructures (parcs, abris pour bovins…) à hauteur de plus de 1,5 milliard de FCFA.

Clément Yaméogo, chef de mission du PADEL-B

En outre 78 micro-projets, 100 alliances coopératives ont bénéficié de financement de la part du projet. Des biodigesteurs, des vaccins, des kits de démonstration, des matériels et équipements ont aussi été acquis. Dans le domaine de la santé animale, ce sont près de 900 000 bovins vaccinés ; plus de 300 000 volailles vaccinées et près 1 750 000 petits ruminants vaccinés.

Chef de mission du projet, Clément Yaméogo table sur une étude menée par le projet sur l’état de satisfaction des bénéficiaires pour affirmer que la mise en œuvre du PADEL-B dans les Hauts-Bassins a été une réussite. « Cette étude nous permet de dire que de façon globale, les acteurs sont satisfaits », a-t-il affirmé.

Au regard de ce bilan satisfaisant, Clément Yaméogo fait savoir qu’une réflexion est en cours pour voir dans quelle mesure le projet peut être reconduit. Pour lui, l’atelier bilan de Bobo-Dioulasso est une belle occasion pour recueillir les avis et les préoccupations des différents acteurs afin de préparer le terrain à une éventuelle reconduction du projet.

Porte-parole des bénéficiaires, Michel Badiara a salué la mise en œuvre du PADEL-B dans la région des Hauts-Bassins à sa juste valeur. Pour lui, ce projet a permis aux éleveurs qui avaient des micro-projets dormants de pouvoir les réaliser.

Michel Badiara, représentant des bénéficiaires

Il souhaite de ce fait que l’opportunité puisse être donnée aux acteurs qui n’ont pas pu bénéficier de cette phase du projet. « Notre souhait c’est de voir ce projet être renouvelé pour que nos camarades qui n’en ont pas bénéficié cette fois-ci puissent être aussi pris en compte », a plaidé Michel Badiara du haut de sa satisfaction de l’accompagnement du PADEL-B.

D’un coût global de 46,4 milliards de FCFA, le PADEL-B est un projet qui a couvert toutes les treize régions du Burkina Faso de 2018 à 2022 avec pour principal objectif de développer durablement le secteur de l’élevage au Burkina. Le projet a été financé à 77,5% par la Banque Mondiale, à 3,7 % par l’Etat Burkinabè, à 8,6% par les bénéficiaires et à 10,2% par les institutions financières partenaires.

Abdoulaye Tiénon/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.