Ministère du commerce: Harouna Kaboré dresse un bilan « satisfaisant » de ses actions

Le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat (MCIA), a présenté aux hommes de médias, le bilan de ses actions engagées sur la période de 2018 à 2020. Cet exercice de redevabilité s’est déroulé ce lundi 07 septembre 2020 à Ouagadougou. Le document récapitulatif des réalisations a été présenté par le ministre Harouna Kaboré.

Arrivé à la tête du ministère en charge du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat suite au remaniement ministériel du 31 janvier 2018, le ministre Harouna Kaboré est à son 3e exercice de redevabilité.

Selon ses propos, il s’agit d’un exercice citoyen dont l’objectif est de « rendre compte des actions de son département de 2018 à 2020, afin de mettre en lumière les résultats de son engagement et les perspectives qui se dessinent sur les sentiers déjà tracés ». Et de son point de vue, le bilan est satisfaisant.

Le contenu du document porte sur 9 points dont entre autres les principales réformes opérées, les investissements, la promotion des filières porteuses et la relance de la production cotonnière, l’accompagnement des unités industrielles et la régulation des importations etc.

Harouna Kaboré a expliqué que, le Burkina ne doit pas se contenter que d’un rang de 1er producteur du coton. Pour lui, il doit se positionner en leader aussi bien dans la production que dans la transformation du coton.

C’est à ce prix que « le pays pourra mieux bénéficier des retombées du coton», a-t-il indiqué.
Pour ce qui est de l’initiative de renforcement des capacités des tisseuses à travers la dotation de 5000 métiers à tisser, le ministre a indiqué qu’à la date du 30 août 2020, ce sont 2120 métiers qui ont vu le jour soit un taux de réalisation de 42.4%.

En ce qui concerne le processus de labellisation des produits du terroir, le document mentionne qu’en plus de la labellisation du Faso Dan Fani, un catalogue de 400 motifs a été élaboré et protégé.

Des dires du ministre, à l’horizon 2023, le Burkina devrait disposer « d’un secteur industriel dynamique, compétitif qui accroît sa contribution à la transformation structurelle de l’économie nationale ». Il a même promis que d’ici là, le Burkina « va produire des tee shirt, des débardeurs made in Burkina Faso ».

Il a aussi informé que son ministère a pris un décret interdisant aux ressortissants hors CEDEAO de faire du commerce en détail. « Nous avons rencontrés les commerçants et sommes allés dans certaines chancelleries pour le présenter », a affirmé Arouna Kaboré.

Cheick Traoré

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire