Marchés publics : l’Arcop, engagée à relever le défi de la qualité des ouvrages

L’autorité de régulation de la commande publique (Arcop) a organisé ce vendredi 21 août 2020, un atelier à Loumbila pour échanger autour de la problématique de la qualité des ouvrages issus de la commande publique. Cet atelier a réuni une quarantaine d’acteurs de la commande publique et des journalistes d’investigation. L’atelier a été présidé par le Président du Conseil de l’Arcop, représenté par le Secrétaire permanent Tahirou Sanou.

La qualité des ouvrages issus de la commande publique est une question centrale qui préoccupe les populations bénéficiaires et les autorités administratives du Burkina Faso.

Elle est considérée comme l’un des baromètres de la bonne gouvernance; d’où la nécessité de renforcer la vigie pour des ouvrages publics de qualité dans un pays dont l’actualité est rythmée par des scandales liés à la mauvaise exécution de marchés publics.

C’est dans cette optique que l’Arcop, la nationale de la régulation de la commande publique, a ténu ce vendredi 21 août 2020 à Loumbila cet atelier d’échanges autour de la problématique de la qualité des ouvrages issus de la commande publique.

Cet atelier vise à informer les acteurs directs de la chaîne des travaux publics et les journalistes des actions envisagées par l’Arcop pour veiller à la bonne exécution des ouvrages issus des marchés publics et de recueillir des recommandations pour que les ouvrages issus des marchés publics puissent répondre aux exigences de qualité requise.

Tahirou Sanou, secrétaire permanent de l’Arcop

Pour Tahirou Sanou, réunir les acteurs de la chaîne d’exécution des marchés publics était une nécessité afin de pouvoir donner toutes les chances au Burkina Faso d’avoir des ouvrages publics qui répondent aux normes de qualité.

Selon lui, l’atelier permettra aux acteurs concernés de s’interroger entre autres sur les causes liées à la mauvaise exécution de certains marchés publics et surtout sur les responsabilités des différents acteurs chargés du contrôle et de la régulation.

Il s’agira également de pouvoir redoubler d’effort pour l’application des sanctions prévues en cas de mauvaise exécution de marchés publics et d’élaborer un paquet de recommandation dont la mise en œuvre permettra au Burkina Faso de sacraliser la qualité des ouvrages publics.

Cheick Ahmed Traoré

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire