Marche contre l’insécurité au Burkina: des Bobolais ont marché de la place Tiéfo Amoro au gouvernorat

image_pdfimage_print

Comme prévu, la marche du 3 juillet 2021, prévue dans toutes les provinces du pays a eu lieu. Et des bobolais ne sont pas restés en marge de cette protestation nationale contre l’insécurité grandissante au Faso. Ils ont ainsi battu le pavé de la place Tiéfo Amoro au gouvernorat.

Ils étaient des centaines, les bobolais qui étaient dans la rue ce samedi matin du 3 juillet 2021. Objectif, répondre à l’appel de l’opposition à marcher contre l’insécurité grandissante dans le pays.

Ainsi de la place Tiéfo Amoro au gouvernorat, c’est un parcours au cours duquel, des slogans hostiles au pouvoir dirigeant du pays ont été scandés avec la présence remarquée de certains leaders politiques de la province notamment l’ancien maire de la commune de Bobo, Salia Sanou; Fatou Ziba, l’ancienne maire de l’arrondissement 3 de Bobo et de l’ex député de la province du Houet, Assita Ouattara.

Au gouvernorat, les manifestants ont été reçus par le haut-commissaire du Houet, Lamine Soulama. Toutes chose que les marcheurs ont d’abord rejeté avec pour souhait d’être reçus par le gouverneur lui-même.

Après des échanges avec les responsables de la marche, le haut-commissaire a pu les convaincre du caractère provincial de la marche qui voudrait qu’ils soient logiquement reçus par le haut-commissaire qui est le premier responsable administratif de la province.

Le Haut-commissaire de la province du Houet, Lamine Soulama, a reçu les doléances des marcheurs

Il recevra donc les revendications des marcheurs des mains de l’ancien député du CDP, Assita Ouattara. Des revendications qui tournent autour de la sécurité du pays. Le haut-commissaire, Lamine Soulama dit avoir pris acte de leurs revendications et a toutefois promis de les transmettre à qui de droit.

Ancien maire de la commune de Bobo-Dioulasso et ancien militant du CDP, Salia Sanou a refusé tout commentaire aux micros des journalistes. Il a tout simplement laissé entendre que 《 je suis venu participer à la marche pour leur marquer mon soutien  et leur dire que je suis avec eux》.

Notons que cette marche de Bobo-Dioulasso a été organisée par des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile (OSC). Et sauf changement de dernière minute, cette marche de protestation contre l’insécurité grandissante au Burkina se poursuivra demain 4 juillet comme initialement prévu.

Abdoulaye Tiénon/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.