Manque d’eau au CMA de Dô: les agents en mouvement d’humeur

La sous-section du syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) de Dô a marqué un arrêt de travail de 72 heures et ce, à compter du mercredi 22 avril 2020 à 7h, jusqu’au samedi 25 avril à 7h. Objectif, exiger une solution au manque d’eau au sein de la formation sanitaire.

« Le centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Dô n’a pas d’eau et cela depuis son installation. Ces dernières années, la question est devenue récurrente. Vous venez le matin, il y a l’eau et le soir il y’en a plus et cela pratiquement tous les jours. Il faut attendre autour de 2h ou 3h du matin pour voir couler l’eau du robinet » a fait savoir le secrétaire général de la sous-section du SYNTSHA de Dô, Naba Pagatin.

Pour lui, c’est étant fatigué de vivre cette situation que le SYNTSHA a décidé d’arrêter de travailler pour exiger des autorités une solution rapide à ce problème.

Il confie que dans le domaine de la santé, l’eau est indispensable. « L’eau est primordial surtout dans cette période de pandémie à coronavirus où le premier geste c’est de laver les mains. Et même au-delà du coronavirus, un agent de santé qui veut vraiment respecter la prévention de l’infection doit pouvoir se laver les mains entre deux malades » a-t-il laissé entendre, avant d’indiquer que l’hôpital est le lieu où l’on peut prendre facilement des maladies à travers les mains.

Naba Pagatin, secrétaire général de la sous-section du SYNTSHA de Dô

Naba Pagatin estime donc que s’il n’y a pas d’eau, les agents de santé sont exposés aux maladies internes de même que les patients qui viennent en consultation ou pour se faire soigner. Il ajoute que le manque d’eau impactent aussi le fonctionnement des machines du bloc opératoire et du laboratoire qui en dépendent.

A ces difficultés énumérées vient s’aligner le défaut de fabrication de gel hydro alcoolique qui ne peut se faire sans eau alors que la demande est forte en ces temps de maladie à coronavirus.

Le Secrétaire Général confie que face à ces difficultés quotidiennes, plusieurs correspondances ont été adressées aux autorités administratives régionales et communales à maintes reprises.

C’est selon lui, leur inaction qui a fait suite à un préavis de grève de 72h qui leur a été notifié le 17 avril dernier. Naba Pagatin s’indigne face au comportement des responsables régionaux en charge de la question qui, visiblement ne font pas de leur doléance un sujet préoccupant.

Le SYNTSHA espère donc qu’avec ce mouvement d’humeur, une solution sera trouvée au problème d’eau dans le CMA de Dô.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire