Lutte contre les pires formes de travail des enfants dans la Boucle du Mouhoun : La Commune de Ouarkoye se dote d’un plan d’actions

La Coordination Nationale des Associations d’Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB) a tenu ce lundi 22 novembre 2021 dans la Commune de Ouarkoye, province du Mouhoun dans la région de la Boucle du Mouhoun, un atelier de validation du plan d’actions communal de lutte contre les pires formes de travail des enfants de ladite commune. « La validation de ce document apparait comme une aubaine pour les acteurs » a affirmé le maire de la commune de Ouarkoye, Samadinian TAMINI qui dit également être convaincu que les réflexions au cours du présent atelier conduiront à des propositions constructives allant dans le sens de l’élimination des pires formes de travail des enfants dans sa commune.

Les enfants constituent une main-d’œuvre abondante, moins chère et corvéable à souhait dans le bassin cotonnier qu’est la région de la Boucle du Mouhoun. Face à cette exploitation à outrance de la force de travail des enfants dans les travaux champêtres et particulièrement dans les champs de coton, les acteurs de la commune de Ouarkoye conjuguent leurs efforts.

L’adoption d’un plan d’actions communal de lutte contre les pires formes de travail des enfants qui a réuni les acteurs de développement de ladite commune ce lundi est une volonté de des acteurs d’aller dans le sens de lutter contre le phénomène, selon la maire de la commune de Ouarkoye, Samadinian TAMINI. « Nous attendons que cette initiative nous apporte beaucoup de fruits », a-t-il dit avant de préciser que celle-ci est la première action de communication d’une grande importance, en dehors des sensibilisations, que la municipalité de Ouarkoye mène en faveur de la lutte contre les pires formes de travail des enfants.

Tout en reconnaissant l’emploi des enfants dans les travaux champêtres à Ouarkoye, le secrétaire de l’Union départementale des producteurs de coton de la même localité, Minadofini BONZI, estime que c’est le manque de moyens qui pousse les parents à utiliser leurs enfants dans les travaux champêtres. Il nourrit cependant l’espoir qu’avec la mise en œuvre du plan communal, le phénomène va connaitre un recul.

A en croire le Directeur général de la protection sociale, Isso BAZIE, la rencontre de Ouarkoye s’inspire de la stratégie nationale de lutte contre les pires formes de travail des enfants adopté en 2019. Le plan d’actions communal de lutte contre les pires formes de travail des enfants de la commune de Ouarkoye est cofinancé par l’Union européenne (UE) et l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Sa mise en œuvre est assurée par le Bureau International du Travail (BIT).

Y.Belem/correspondant Dédougou

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap