Lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire : l’APDJFE-BF sensibilise les élèves du lycée mixte de Bobo

L’association pour la protection des droits des jeunes filles et de l’enfant au Burkina Faso (APDJFE-BF) a, dans le cadre de la commémoration de la journée internationale des droits de la femme, organisé une conférence publique au profit des élèves du lycée mixte d’Accart-ville de Bobo-Dioulasso. C’était dans l’après midi du jeudi 04 mars 2021.

« Grossesses précoces en milieu  scolaire : causes, conséquences et prévention » ; c’est sous ce thème que cette conférence publique a été organisée pour selon la présidente de l’association initiatrice, Anasthasie Sawadogo, sensibiliser les élèves face à ce phénomène qui « brise le rêve de nombreux élèves,  notamment de  filles ».

« Cette conférence publique, nous l’avons voulu pour informer et sensibiliser nos jeunes frères et sœurs élèves sur le phénomène » a indiqué la présidente de l’association pour qui, le manque d’information constitue un danger pour les jeunes en matière de sexualité.

Face aux élèves, des membres de structures en charge de la promotion de la santé sexuelle et reproductive ont donné à leurs interlocuteurs du jour les informations nécessaires relatives à la question. Et les échanges qui se sont voulu interactifs,  ont portés sur les causes de ce phénomène et les conséquences qui en découlent. 

Les membres de l’association organisatrice de la conférence

Des perspectives de solutions ont à cet effet, été dégagées par les participants eux-mêmes, l’objectif de cette conférence étant également de permettre aux jeunes (élèves) de se parler entre eux, et ce, sans tabou. « Rares sont les parents qui parlent de sexualité à leurs enfants, les laissant ainsi, à la merci les réseaux sociaux ou de leur compagnie » a signifié la présidente de l’association organisatrice de la conférence. « Entre eux, et avec l’aide de spécialistes de la question de la santé sexuelle et reproductive, on se dit qu’ils peuvent se parler et trouver des réponses à des questions qu’ils se posent » a-t-elle justifié le bien-fondé de l’organisation de la conférence.

Si la grossesse (indésirée) est la conséquence d’un rapport sexuel non ou mal protégé, les conférenciers ont mis un point d’honneur sur cette pratique qui, au-delà de la grossesse, expose les jeunes à différentes sortes de maladies (infections).

A défaut de l’abstinence, les uns et les autres ont opté pour, « zéro rapport sexuel sans protection » afin d’éviter non seulement les grossesses indésirées ou précoces ou encore, les maladies sexuellement transmissibles (MST).

Jack Koné/Ouest-info.net

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire