Lutte contre la sexualité précoce en milieu scolaire : l’association «Ramziya » sensibilise à Banfora

L’association «Ramziya » pour le développement a organisé, les 29 et 30 juin 2020, deux rencontres d’échanges à Banfora et à Bérégadougou avec les parents d’élèves sur leurs rôles dans la lutte contre les rapports sexuels précoces en milieu scolaire. L’objectif est de lutter contre les conséquences irréversibles du phénomène.

C’est dans le cadre de ses actions de lutte contre les IST et le VIH/SIDA en milieu scolaire que l’association Ramziya pour le développement a réalisé 12 séances de causeries éducatives avec les élèves des classes de CM2 ; 05 conférences dans les lycées et collèges au profit des élèves des classes de 3ème.

Aussi, deux (02) sessions ont été organisées à Banfora et Bérégadougou respectivement les 29 et 30 juin 2020 pour échanger avec les parents d’élèves, les autorités coutumières, religieuses et administratives sur leurs rôles dans la lutte contre les rapports sexuels précoces en milieu scolaire. « Ce sont les rapports sexuels qui engendrent les IST, le VIH/SIDA et les grossesses » martèle Mariam Sawadogo, présidente de l’association.

Pour chaque session, ce sont au moins 25 personnes qui se sont réunies pour faire des travaux de groupes dans le but de recenser ce qui pourrait être les causes de la sexualité précoce en milieu scolaire.

Ce sont entre autres selon les participants, la pauvreté ; la fuite de responsabilité des parents ; les TIC ; la maltraitance ; la mauvaise compagnie ; la curiosité ; le mauvais habillement ; le manque de sensibilisation ; le manque de communication entre parents et enfants sur la question ; la négligence des parents…

Et comme conséquences de la sexualité précoce en milieu scolaire, ils ont noté les grossesses indésirées et/ou précoces ; les IST et VIH/SIDA ; les avortements clandestins pouvant conduire au décès ; les abandons scolaires ; le chômage ; la délinquance juvénile ; l’augmentation de la pauvreté ; la prostitution ; et la mésentente entre les parents qui souvent, s’accusent mutuellement d’avoir échoué dans l’éducation de l’enfant (la jeune fille surtout).

Et comme il fallait s’y attendre, les participants à ces sessions n’ont pas omis de proposer des solutions endogènes en vue de lutter efficacement contre le phénomène de la sexualité précoce en milieu scolaire et ce, dès la rentrée prochaine.

Ainsi proposent-ils, la poursuite de la sensibilisation des élèves mais aussi des parents à jouer pleinement leurs rôles de parents dans l’éducation des enfants.

Ne pas donner des smartphones aux enfants ; restaurer les tenues scolaires et imposer un modèle décent ; faire l’éducation sexuelle à la maison, à l’école et dans les lieux de culte ; instaurer une communication entre les parents et les enfants ; suivre les enfants ; sanctionner les auteurs des grossesses sont aussi d’autres pistes de solutions envisagées par les participants.

La Présidente de l’association quant à elle, a remercié les participants pour leur disponibilité.

Toutefois, les a-t-elle exhortés à jouer leurs rôles dans l’éducation des enfants pour lutter contre ce phénomène de la sexualité précoce en milieu scolaire pour ainsi éviter ses incalculables conséquences.

JPP/Banfora

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire