Lutte contre la drogue : “Colibri Sud” pour une réforme de la politique nationale

Le mardi 18 janvier   2022, s’est tenue à Bobo- Dioulasso, une rencontre sur le phénomène de la drogue au Burkina Faso. Un atelier initié par l’association Colibri Sud et qui a vu la mise en place d’une plateforme nationale de plaidoyer pour une réforme des politiques des drogues au Burkina Faso. Cette plateforme a pour objectif d’apporter une amélioration de la stratégie nationale en matière de lutte contre le fléau de la drogue dans le pays.

Malgré les efforts de lutte fournis par les autorités nationales, le Burkina Faso reste confronté, depuis plus d’une vingtaine d’années, aux problèmes de trafics et d’abus des drogues. Aucune couche de la société n’est épargnée et ce phénomène est en passe de devenir l’un des problèmes de santé majeurs auxquels doit faire le gouvernement dans un contexte sécuritaire de plus en plus difficile.

Le présidium à l’ouverture de l’atelier

Pour réfléchir et aider le gouvernement à une meilleure efficience de la stratégie nationale de lutte contre la drogue, l’association Colibri Sud, avec le soutien de l’ISDAO en collaboration avec la MAS, a réuni en atelier, le mardi 18 janvier 2022 à Bobo-Dioulasso, une quarantaine de participants, des associations dont des membres d’ONG, des OSC, des représentants de l’Etat, la DRS, la commune de Bobo et des partenaires internationaux.

Cet atelier dont le thème était: « Unissons nos efforts pour un plaidoyer  des politiques de l’usage de drogue fondées sur une approche santé, respectueuses des droits humains et s’inscrivant dans un développement durable », a été notamment marqué par la mise en place d’une plateforme nationale de plaidoyer pour une réforme des politiques de drogues.

La nouvelle plateforme a pour objectif de mobiliser les organisations de la société civile contre la problématique, en vue d’entreprendre des actions de plaidoyer en direction des décideurs. Car, la stratégie nationale de lutte contre le phénomène de la drogue qui consiste en la répression est limitée, foi de l’association Colibri Sud basée à Bobo- Dioulasso. Selon cette association, la stratégie nationale s’est révélée limitée car elle est fondée sur une approche holistique afin de prendre tous les aspects du problème.

Selon le président de l’association Charles T. Somé, c’est soucieuse de la santé des usagers et respectant les droits des communautés au Burkina Faso qu’est né l’idée de la mise en place de cette plateforme qui va se pencher sur la lutte contre la drogue pour faire bouger les lignes et tracer les signaux pour une vraie réforme des politiques de drogue.

La mise en œuvre de la plateforme devrait donc permettre aux autorités et au gouvernement de mettre en place une politique nationale intégrée bâtie sur l’expérience réussie de la lutte contre le VIH/SIDA.

Une photo de famille pour immortaliser

Pour le point focal de la commission ouest- africaine des drogues Christine Kafando, cette plateforme est la bienvenue, car dit-elle, depuis plusieurs années, les acteurs communautaires se mobilisent autour de la question de la drogue au Burkina Faso.

Elle estime que les questions de drogue sont le plus souvent répressives sachant qu’on peut avoir des programmes qui accompagnent les usagers qui ne sont pas forcément des délinquants ou des “dealers” mais des consommateurs qu’on peut accompagner, soigner et ramener à une vie sociale normale.

Selon Christine Kafando, il faudra travailler avec les partenaires internationaux pour mettre en place dans les hôpitaux des structures de prise en charge des usagers de drogue afin de les réintégrer dans la société.

Lass/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap