Les travailleurs de l’environnement opposés au déclassement d’une partie de la forêt de Kua

Le syndicat national des travailleurs de l’environnement, du tourisme et de l’hôtellerie (SYNTETH) est opposé au déclassement d’une partie de la forêt de Kua. Une initiative du conseil municipal, dans le cadre de la construction du nouveau centre hospitalier universitaire de Bobo-Dioulasso. le syndicat s’est exprimé sur la question le samedi 27 avril 2019 lors d’une conférence de presse tenue à Bobo-Dioulasso.

Le conseil municipal de Bobo-Dioulasso a décidé en session extraordinaire le 19 avril 2019 du déclassement d’une partie de la forêt classée de Kua pour la construction du nouveau centre hospitalier universitaire de la ville.

Face à ce qu’il qualifie de crime écologique, le syndicat national des travailleurs de l’environnement, du tourisme et de l’hôtellerie (SYNTETH) s’est senti interpellé. C’est ce qui justifie cette conférence de presse voulue par celui-ci. Objectif, prendre à témoin l’opinion nationale et internationale sur cet acte qu’il juge contraire aux engagements du pays sur le plan international en matière de protection de l’environnement.

En plus de cela, le SYNTETH précise que la procédure de déclassement telle que faite est biaisée. « Même si cette forêt devrait être déclassée, ce n’est pas par conseil municipal que cela devrait se faire à partir du moment où c’est un patrimoine national », s’offusque le syndicat pour qui, le déclassement d’une partie de cette forêt est inopportun à partir du moment où on y trouve aussi des sources d’eau.


C’est déshabiller Pierre pour habiller Paul

Vaste d’environ 350 hectares, déclassés 16 hectares pour une infrastructure sociale telle qu’un centre hospitalier universitaire favoriserait le péril du reste de la forêt, selon les conférenciers.

Pour ce faire, ces derniers entendent entreprendre des actions pour empêcher l’utilisation d’une partie de cette forêt pour le projet de construction d’hôpital. De ces actions, ils n’excluent pas l’initiation d’une pétition et même d’un mouvement d’humeur pouvant entrainer un arrêt de travail au sein du ministère.

En défenseur de l’environnement, les travailleurs de l’environnement invitent l’autorité à abandonner ce projet de déclassement d’une partie de ladite forêt. Pour eux, trouver un autre site serait la meilleure solution à la mise en œuvre de ce projet sans porter atteinte à l’intégrité de la forêt classée.

Le SYNTETH précise qu’il n’est nullement contre le projet mais c’est plutôt le site qui est mal choisi. Pour lui, il ne faut pas créer un grand mal à vouloir en résoudre un moindre mal.
AT

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire