Le ministre Sango face à la presse à Bobo : entre bilan de 2019 et perspectives pour l’année 2020

Le ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul-Karim Sango était ce vendredi 14 février 2020, face aux hommes de média à Bobo- Dioulasso. Objectif, dresser le bilan de la gestion de son ministère au titre de l’année 2019 après y avoir passé une deuxième année. Et ce, dans un élan de redevabilité et de transparence vis-à-vis des citoyens Burkinabè.

Le bilan de la gestion 2019 du MCAT dressé par Abdoul-Karim Sango fait de prime abord état de résultats majeurs enregistré dans la promotion et la valorisation du patrimoine culturel national.

En effet on note l’inscription des sites de métallurgie ancienne du fer au patrimoine mondial de l’Unesco . S’en est suivi le classement de 1679 nouveaux biens meubles dans les registres d’inventaire des musées en vue de renforcer la sauvegarde du patrimoine culturel national entre autres.

Dans le domaine du développement de entrepreneuriat culturel et des arts, les réalisations majeures obtenues sont entre autres l’organisation conjointe réussie du cinquantenaire et de la 26e édition du Fespaco, ayant permis de confirmer le leadership du Burkina Faso en matière de cinéma en Afrique.

Plusieurs accords de coopération culturelle avec la Chine, la Turquie et le Koweit ont été ensuite signés selon lui. Un autre fait, non moins important, est le financement à hauteur d’1 milliard sous forme de subvention au profit de réalisateurs burkinabè.

520 projets d’opérateurs culturels ont également bénéficié d’un accompagnement technique et financier à travers le fonds de développement culturel et touristique (FDCT), le BBDA, et le fond de téléphonie mobile pour un montant de 688 109 232 FCFA. Au titre des droits d’auteur, le BBDA a collecté à peu près 2 milliards de FCFA au profit des acteurs permettant ainsi d’améliorer leurs conditions de vie et de travail.

Le Burkina Faso toujours visité malgré l’insécurité

S’agissant du domaine du tourisme et de l’hôtellerie, ce sous-secteur rencontre des difficultés en raison de la situation sécuritaire que traverse le Burkina Faso. Mais Abdoul-Karim Sango rassure. Son département avec le soutien du gouvernement travaille à créer les conditions de relance de l’activité touristique au niveau interne. Et contrairement à une certaine opinion, le secteur de l’hôtellerie enregistre une croissance relative, selon les propos du ministre de la culture.

Ajoute-t-il qu’alors que le nombre touristes était de 540 390 en 2018, il est passé à 572 070 en 2019 soit un taux de 5,9%. Contrairement donc à une opinion qui laisse croire que le Burkina Faso n’est pas fréquentable, celui-ci attire toujours des touristes étrangers. Le tourisme interne a également fait un bond. Ainsi on est passé en 2018 de 395 898 touristes internes à 427 570 en 2019, soit un taux d’accroissement de 8%.

Plusieurs actions cependant ont été engagées pour soutenir le secteur du tourisme notamment la promotion du tourisme interne par la réduction des prix des chambres d’hôtels pendant les vacances.

Des perspectives pour l’année 2020

Pour cette année 2020, les perspectives majeures au département de Abdoul-Karim Sango sont à plusieurs niveau. D’entrée de jeu, il faudra relever le défi de l’organisation de la 20ème édition de la semaine nationale de la culture, SNC Bobo 2020, du 28 mars au 4 avril 2020 avec pour pays invité d’honneur le Mali.

Parlant d’organisation, il sied d’ajouter aussi celle du symposium de Laongo en octobre prochain et la réalisation d’une plateforme numérique de diffusion de la musique burkinabè et bien d’autres.

Toutes ces actions, souligne Sango, seront exécutées dans le cadre des orientations du PNDES, de la stratégie nationale de la culture et du tourisme et de sa lettre de mission.

A terme, il devrait être capitaliser une contribution des industries touristiques et culturelles au moins respectivement de 7% et 4% et à la création des emplois de l’ordre de 5,6%, comme attendu par le PNDES.

Abdoul – Karim E. Sanon

Laisser un commentaire