Le Collectif « Balai Citoyen » revendique la paternité du projet de réhabilitation de l’hôtel de ville de Bobo

Les principaux animateurs de la conférence de la presse

Le Collectif Balai Citoyen, branche dissidente du mouvement Balai Citoyen originel, a animé une conférence de presse à Bobo-Dioulasso le samedi 19 janvier 2019 au cours de laquelle, il a revendiqué la paternité du projet de réhabilitation de l’hôtel de ville de Bobo.

« C’est le collectif Balai Citoyen qui a élaboré le projet de mobilisation sociale et financière pour la réhabilitation de l’hôtel de ville de Bobo-Dioulasso » a d’emblée lâché Judicaël Traoré, secrétaire général du mouvement.

Selon lui, c’est sous la transition que le projet, impliquant les autorités communales d’alors, a été élaboré.
Et le dossier dit-il, était suivi par l’intermédiaire des responsables de la structure. Et c’est avec l’arrivée des nouvelles autorités à la tête de la commune, qu’un de leurs responsables, en l’occurrence le porte-parole du mouvement en la personne de Diakité Kaba Alexandre, a dit-il, « détourné » le projet, changeant son nom et son logo.

Pour Judicaël Traoré, les autorités de la commune ont été interpellées sur la situation. « Aucune suite n’a été donnée à notre interpellation » a-t-il regretté. « C’est avec la mise en place du comité que nous avons compris que le détournement du projet était consommé » s’est-il insurgé.                                                    

                                                               Diakité suspendu du collectif….

Pour les membres du collectif, le comportement de leur camarade Diakité Kaba Alexandre « est une haute trahison » et cela se doit être sanctionné.
Séance tenante, ils ont annoncé sa suspension de toutes les instances du mouvement en entendant la tenue prochaine d’une assemblée générale extraordinaire qui décidera définitivement de son sort au sein du collectif.

                                                           « Il faut revoir la composition du comité… »

Au regard donc de « la moralité douteuse de certains membres du comité », les conférenciers pensent que celui-ci doit être assaini. « Notre objectif n’est pas de saper l’action déjà engagée encore moins chercher à faire partir du comité. Notre crainte se situe seulement au niveau de la composition du comité » a martelé le SG qui craint que les fonds mobilisés ne soient « détournés ».

Pour ce faire, ces derniers suggèrent la reconstitution du comité en y intégrant des personnes dites propres, intègres et aptes à œuvrer pour l’intérêt général.
Saccagé puis incendié au cours de l’insurrection populaire d’octobre 2014, l’hôtel de ville de Bobo-Dioulasso est en passe d’être réhabilité.

Le comité mis en place à cet effet par le maire de la commune, a procédé le vendredi 11 janvier dernier, au lancement de la campagne de collecte de fonds nécessaires pour les travaux.

Sur un budget total de 1 milliard 400 millions, 1 milliard 45 millions de fcfa sont déjà mobilisés (la commune ayant inscrit 1 milliard à son budget gestion 2019).

Madi

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire