Justice fiscale : Le CERA-FP sensibilise les acteurs de la société civile

Le Centre d’étude et de recherche appliquée en finances publiques (CERA-FP) a organisé ce vendredi 17 décembre 2021 à Ouagadougou un atelier de plaidoyer pour l’instauration d’une politique fiscale plus progressive au Burkina Faso. Cet atelier de plaidoyer a été fait au profit des acteurs de la société civile. Il a été présidé par le Secrétaire exécutif du CERA-FP, Herman Doanio.

C’est en collaboration avec l’ONG Oxfam que le Centre d’étude et de recherche appliquée en finances publiques (CERA-FP) a tenu cet atelier de plaidoyer pour une justice fiscale au Burkina Faso à travers l’instauration d’une politique fiscale progressive. Cet atelier entre dans le cadre du projet « Initiative multipartite pour une économie humaine en Afrique (WAF) ».

Il s’est d’abord agit pour le CERA-FP de clarifier les lanternes des acteurs de la société civile sur la notion de fiscalité progressive, la formulation de propositions pour harmoniser l’effort fiscal des contribuables dans une logique de justice fiscale.

Le secrétaire exécutif du CERA-FP, Herman Doanio explique que c’est un atelier de plaidoyer pour une meilleure fiscalité au Burkina. « Nous avons jugé bon de réunir l’ensemble des acteurs de la société civile qui ont contribué à produire le document sur la progressivité fiscale burkinabè » pour mieux harmoniser nos efforts pour que la justice fiscale soit une réalité au pays des Hommes intègres. Pour lui, l’objectif de cette étude est de fournir un document présentant une analyse alternative et citoyenne. Et d’interpeller les autorités pour une fiscalité en fonction des capacités contributives de tout un chacun. « Cette progressivité fiscale est de revoir la réduction de la charge fiscale pour les plus démunis et assurer un lien solidaire entre les plus nantis qui doivent payer plus que les moins nantis.»

Herman Doanio a en outre indiqué que depuis 2018, un plaidoyer auprès des structures étatiques burkinabè et  un autre pour une justice fiscale ont été initiés, mais sont restés sans suite. « Nous avons adressé des correspondances aux différentes directions en charge de la collecte des informations et celles en charge de la gestion financière, nous avons été étonnés de constater un silence très froid de ces structures. Cela veut dire quelque part que ces structures n’ont pas encore jugé nécessaire de nous rencontrer » déplore Herman Doanio.

C’est pourquoi, le CERA-FP se tourne vers les Organisations de la société civile pour sensibiliser les acteurs et susciter leur intérêt pour le combat pour la justice fiscale. Il a invité en outre les autorités burkinabè à ne point bouder les travaux de la société civile ; car l’ensemble de ces acteurs travaillent pour un Burkina Faso plus prospère et en marche vers son développement durable.

Ahmed Traoré/correspondant à Ouagadougou

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap