Journée des communautés de Koundougou : les autorités disent « Bravo » au Préfet Rolande Kanko et à l’animateur Sambo de Bobo

Placée sous le patronage du gouverneur de la région des Hauts-Bassins, la journée des Communautés du département de Koundougou, initiée par le Préfet Rolande Kanko a connu un succès retentissant. Grâce à cette journée, Koundougou a enterré la hache de guerre au profit de la communion, du vivre ensemble et de la cohésion sociale. Star de la journée, l’animateur Sambo de Bobo a été pour beaucoup « dans le succès de l’évènement ».

Deux noms ont retenu l’attention des autorités pendant le débriefing de la première journée des Communautés du département de Koundougou, qui avait pour thème « Parenté à plaisanterie, facteur de cohésion sociale ».

Patron de l’évènement et présent à Koundougou avec une grande partie des autorités administratives, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Attiou n’avait qu’un seul mot dans la bouche « Bravo ». Bravo à Rolande Kanko, Bravo à l’animateur Sambo de Bobo.

Comme lui, tous les invités à cette cérémonie ont félicité ces deux personnages. Mieux, les coups de téléphone se sont multipliés à la suite du débriefing de l’activité entre le gouverneur et ses collaborateurs. Si ce qui devrait être de simple formalité administrative a retenu notre attention, c’est qu’avant la journée, il y avait de la braise. Une braise alimentée par le phénomène de double chef pour une seule localité qui couve à Koundougou et des tensions communautaires.

Récit de la journée

Remettre Koundougou en marche et travailler à solutionner des crises communautaires et celle relative à la Chefferie traditionnelle étaient des motivations de la journée des Communautés de Koundougou. Sous le leadership du Préfet Rolande Kanko, cette activité avait des enjeux cruciaux.

Des enjeux qui ont nécessité des semaines de travail inlassable et la mobilisation des moyens sécuritaire pour parer à toute dérive. Entre la ferveur populaire du début de la journée et la forte mobilisation des forces de l’ordre, les habitués des cérémonies ont vite compris que la journée des communautés était aussi une journée avec beaucoup d’électricité dans l’air.

Nonobstant, l’esprit festif était là. Et c’est dans un environnement de musique, de parenté à plaisanterie entre les différentes communautés dont les Bobos, les peuls, les mossis, les samos que la cérémonie officielle a commencées. Au micro, le maitre de cérémonie Boukary Sangaré plus connus sous le pseudonyme Sambo de Bobo.

Après avoir déclamé l’ordre du jour, il invitera l’autorité coutumière à prendre la parole comme il est de coutume dans les cérémonies. C’est à partir de là que l’atmosphère va devenir lourde et irrespirable.

Parce qu’au lieu d’une autorité coutumière, d’un chef, deux ont fait le pas vers le micro. Les deux qui se disputent la chefferie de Koundougou tenaient à prendre la parole. Que faire ? Les autorités regardaient la scène avec amertume et impuissance, la sécurité, sereine réfléchissaient certainement à comment gérer la suite des évènements.

C’est dans ces instants irrespirables que l’animateur Sambo de Bobo va sortir son génie de faiseur de paix. En « patron » des Bobos, il a demandé aux deux chefs de rester sur place et de conduire la parade de la communauté peule. Ce qui a donné place à un défilé de la communauté peule, avec en tête les deux personnages qui se disputent la chefferie de Koundougou.

Dans le public et chez les autorités, les craintes ont laissé place à la joie. La joie de voir Koundougou rire, de voir la symbiose entre les communautés. Tout au long de la cérémonie officielle de lancement de cette journée, la joie a pris le pas sur la crainte, la cohésion sur la violence, la paix sur les affrontements, des engagements à construire sur tout esprit de division. L’ambiance et la suite des évènements donneront à voir une complicité entre toutes les communautés.

Le gala foot pour la fin

A la suite de la cérémonie officielle, des jeux de sociétés et du repas communautaires, Koundougou a basculé sur le terrain de foot. La population est restée mobiliser du matin jusqu’à l’heure des deux matchs qui opposaient d’une part les communautés Samos et Mossis et d’autres part, les peules contre les Bobo.

Grâce au tir-au-but et à l’arrêt de leur gardienne, unique femme sur le terrain, les mossés ont remporté le premier match. Nettement très disputé et surtout très vivant, le match opposant les Bobo et les Peuls a fini aussi par les tirs-au-but. Là, le succès a choisi le camp des Bobos, poussant le public à envahir le terrain et à improviser un bal populaire. La fête a continué à Koundougou.

Dans les têtes, les mérites de la journée revenaient tout naturellement au préfet, Madame Kanko qui a osé initier l’activité et aussi à Sambo De Bobo qui a transformé une cérémonie explosive en un moment de cohésion et de joie collective.

Anouar Sawadogo/correspondance particulière

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire