Insécurité dans la Boucle du Mouhoun: Il faut sauver la Kossi….

La situation sécuritaire dans la commune de Nouna et dans l’ensemble de la province de la Kossi se détériore à un rythme préoccupant. Pour ces habitants si rien n’est fait la Kossi pourrait être coupée du reste du Burkina Faso.

Dans ces derniers temps, les attaques terroristes sont quasi quotidiennes dans la province de la Kossi. Des attaques soldées par des pertes en vies humaines et accompagnées le plus souvent des vols de bétail, d’enlèvements de personnes. Il arrive même des fois où des hommes armés en arrivent à donner des ultimatums à certains villages de déguerpir leurs localités.

C’est ainsi que Nouna est aujourd’hui encerclé par des hommes armés qui dictent royalement leur loi. Ils interdisent des habitants de la province d’aller se ravitailler en vivres dans la principale ville qui est Nouna.

A chaque aurore, chaque habitant se demande s’il verra le crépuscule et chaque nuit étoilée est scruté par chaque “kossilais” comme si c’était la dernière.

Résignés, ces habitants n’ont plus que leur foi en Dieu pour, chaque jour, espérer voir le soleil du lendemain se lever.

Aujourd’hui, aller à Dédougou à partir de Nouna est comme traverser un champ de mine explosive dans la nuit noire. En effet, les terroristes contrôlent le tronçon et fouillent très souvent les usagers.

Ainsi, ils procèdent à des enlèvements et confisquent tout moyen de transport qui leur est utile. A la recherche de bois de chauffe ou d’autres produits de brousse, des femmes sont victimes de traitements dégradants.

Pour qui connaît bien la province de la Kossi, qui pouvait imaginer que des villages historiques comme Soin, Simbadougou et Tonseré pouvaient un jour se vider de leurs habitants. Eh bien! C’est aujourd’hui chose faite. Et cela pas de gaieté de cœur mais par le fait de l’insécurité.

A observer de près ce qui se passe dans cette localité, on pourrait conclure aisément que la Kossi est à bout de souffle.

Certes, la ville de Nouna existe et résiste encore grâce à l’action combinée des FDS et des volontaires pour la défense de la patrie mais la localité manque de tout. Et pendant combien de temps va-t-elle encore résister si rien n’est fait. Alors que cette ville accueille sans cesse des personnes déplacées de la province à cause des menaces de groupes armés.

Les autorités au plus haut niveau sont interpellées pour sauver urgemment la Kossi car il ne reste quasiment que la ville de Nouna où il y a une sécurité apparente. Si rien n’est fait, la ville de Nouna pourrait tomber.

Alors que c’est le verrou que les terroristes cherchent à sauter pour que toute la Boucle du Mouhoun voire une bonne partie de l’ouest du Burkina échappe au contrôle des autorités du pays.

Adama Dama/Correspondant Nouna

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.