Incarcération de Herman Sirima : Une situation qui préoccupe les habitants de la zone non lotie du secteur 29

Le collectif des associations de la zone lotie du secteur 29 de Bobo-Dioulasso a animé un point de presse dans la matinée de ce jeudi 29 avril 2021. Objectif, porter à la connaissance de l’opinion les difficultés qu’ils vivent depuis l’arrestation du maire de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso, Herman Sirima.

« Depuis l’arrestation du maire Herman Sirima, nous, populations de la zone non lotie du secteur 29, sommes dans le désarroi. Nous pouvons même dire que la population de cette zone est désormais  orpheline  car elle n’a personne qui puisse défendre sa cause comme le faisait le maire ». C’est en ces termes que les populations ont exprimé leur amertume suite à l’incarcération du maire.

En effet selon elles, le maire était considéré dans la zone non lotie comme un espoir quant à la fin des problèmes que vivent les populations. « Des maires se sont succédés dans cet arrondissement. Mais aucun d’entre eux n’a pu nous donner de l’espoir quant à la résolution de nos problèmes » ont-ils signifié avant de rappeler l’espoir que le maire Herman Sirima avait suscité en eux. « Depuis son arrivée, nous avons mis en place un cadre de concertation où nous échangions régulièrement autour des préoccupations de la zone. Rien ne se faisait et ne se décidait concernant la zone non lotie sans nous »  reconnaissent-ils.

Ainsi, cette incarcération selon eux, leur font perdre tout l’espoir qu’ils avaient. « Ce maire, aujourd’hui incarcéré, nous fait perdre tout l’espoir qu’on avait » regrette Yacouba Ouattara, président du collectif qui, du reste, a signifié que depuis l’arrestation du maire, les populations de la zone non lotie sont régulièrement sommées de déguerpir afin que les attributaires de parcelles puissent mettre en valeur leurs propriétés. « Où irons-nous alors », se demandent-ils.

Au regard de tout ceci, les conférenciers lancent un appel aux autorités du pays : « Nous lançons un appel aux plus hautes autorités du pays  de faire preuve d’indulgence et libérer notre maire afin qu’il vienne nous consoler car nous avons des cœurs meurtris ».

Du reste, disent-ils avoir foi en la justice et espère que le maire retrouvera non seulement la liberté mais « sera aussi blanchi des charges qui pèsent contre lui ».

jack Koné/Ouest-info.net

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire